La “réparation” de Facebook : 3 évolutions attendues pour 2018

Cela ne vous aura sans doute pas échappé : Facebook se transforme. Son fondateur, Mark Zukerberg, a annoncé début janvier sa volonté de « réparer » le réseau social. Une bonne résolution qui va bien au-delà de celles qu’il s’était fixées les années précédentes – apprendre une langue ou courir 365 miles. S’il s’y tient, 2018 devrait donc marquer un tournant historique dans l’histoire de Facebook… Avec des conséquences qui ne manquent pas d’inquiéter ceux qui dépendent de Facebook pour leur visibilité. Tour d’horizon de ce qu’en retiennent les médias.

1- Facebook donnera plus d’importance à la famille et aux proches (The New York Times)

Mark Zuckerberg a annoncé dans ses vœux du 4 janvier 2018 vouloir repenser le fonctionnement de Facebook, afin que le réseau social génère de véritables interactions entre les gens. Le but ? Faire de Facebook un espace où les utilisateurs se sentent bien et investissent leur temps de manière active et positive.

Mark Zuckerberg entend ainsi modifier l’algorithme des fils d’actualité. Les publications des posts de la famille et des proches seront davantage mises en avant, au détriment des publicités et posts viraux.

L’intention est là, mais elle pose néanmoins question. Avec un contenu privilégiant le contenu d’un nombre réduit de personnes, Facebook ne prend-il pas le risque de privilégier une forme d’entre-soi idéologique ? Par ailleurs, on peut aussi se demander si cela suffira à réduire la propagation de « fake news », phénomène largement reproché au réseau social.

Sans parler des conséquences pour les entreprises, start-ups et médias, qui vont devoir s’adapter à ce nouveau système pour leur publicité. 

amis

Noter les médias en fonction de leur fiabilité : fausse bonne idée ? (Les Echos)

Dans le sillon de sa réparation, Facebook a notamment décidé de noter les médias en fonction de leur fiabilité. Une note qui sera attribuée par les utilisateurs eux-mêmes.  Un questionnaire demandera ainsi à l’internaute s’il connait telle ou telle source d’information, et surtout s’il lui fait confiance.

Les médias les mieux notés sont logiquement ceux qui apparaîtront le plus souvent dans les fils d’actualité.

L’annonce a provoqué un séisme dans les rédactions, qui craignent de voir une baisse significative de leur audience. Pour pallier à ce risque, les médias s’appuient de plus en plus sur les groupes Facebook, c’est-à-dire l’animation d’une certaine communauté de lecteurs. Mais la garantie de monétisation reste faible…

Conférence F8 de Facebook

 

Une adaptation bénéfique ? (Digiday)

Le consultant interviewé par Digiday souligne que les conséquences de cette nouvelle politique sur les médias sont discutables. Ses effets sont encore incertains, et les réactions sont parfois disproportionnées et mal adaptées – cf. l’exemple du premier journal brésilien qui a simplement décidé de retirer son contenu de Facebook.

Les médias doivent avant tout s’adapter à ce nouveau mode de fonctionnement afin de trouver un nouveau modèle durable. Il est important pour ces acteurs de réduire leur dépendance au Géant des réseaux sociaux.

Si certains se tournent désormais vers les groupes, c’est avant tout parce que c’est la stratégie suggérée par Facebook. Mais il faudra surtout que les médias s’assurent par eux-mêmes de la validité de ce système et surtout de la manière de mesurer les résultats dans cette nouvelle configuration.

Aux médias, donc, de redevenir maîtres de leur stratégie, au lieu de suivre les lignes qui leur sont imposées. Et, finalement, ce nouveau modèle pourrait bien être bénéfique. Les médias devront plus que jamais miser sur la qualité de leur contenu, et cela ne pourra pas leur nuire. 

 

Charline Goret

Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment