Les pure players : comment réaliser du chiffre d’affaires sans un seul magasin

Depuis le début des années 2000, les Pure Players ont fait leur apparition suite à une vague de création d’entreprise exerçant leur activités sans aucun magasin physique. C’était le cas notamment du géant Amazon. Mais comment définir véritablement un pure player ? Décryptage.

C’est simple : Un Pure Player est une entreprise, un journal ou une entitée basant son activité sur un commerce en ligne uniquement. Un exemple ? Asos, Mediapart, et même le géant mondial Amazon, du moins à ses débuts.. Amazon a sorti début 2017 ses premiers magasins physique. Ils ne sont donc plus qualifiés de Pure player. Mais ils en étaient la référence.

Après tout, avec le développement d’internet et des appareils électroniques, c’était une catégorie d’entreprise qui était vouée à prospérer. Mais croyez vous qu’il en est ainsi pour tous les types de pure players ? La réponse est non. Les multinationales comme Cdiscount représente une petite partie des pure players, qui rassemblent les journaux et médias en ligne, mais également les applications smartphones (VTC, livraison de nourriture, jeux..).

Les Pure players médias peinent à s’imposer

Malgré leur croissance soutenue depuis 2015, les pure players spécialisés dans les médias doivent faire face à de nombreux défis pour pérenniser leur activité. Les éditeurs 100% en ligne par exemple, bénéficient de subventions de l’état réservées à la presse écrite. Ces entreprises s’inscrivent donc directement dans les entreprises considérées comme éditeurs de presse. Cependant, ils peinent à trouver un modèle économique viable ; il existe actuellement deux moyens de financement :

  • Financement via la publicité. Grâce à un important trafic sur leurs sites, ces entreprises peuvent se permettre d’échanger de la publicité contre une rémunération. C’est le cas de journaux comme le HuffPost. 
  • Financement par abonnement.  Faire payer ses lecteurs pour leur donner accès à tout le contenu en ligne, sous forme d’un abonnement mensuel/trimestriel. C’est le cas de Mediapart par exemple.

Crédits : Valérie-Anne Maitre

Les internautes et le ras le bol de la publicité

Selon une étude d’Opinion Way pour Mozoo ( ici ):

  • 20% des visiteurs considèreraient la publicité comme “très dérangeante”
  • et 26% utiliseraient des logiciels comme AdBlock pour empêcher les publicités d’apparaître.

Cela représente donc un réel problème pour ces pure players qui voient leur méthodes de financement effacés par cette tendance actuelle anti-publicitaire.

En 2015, 60% des personnes interrogées dans un sondage de la Caisse des dépôts/Acsel ( ici ) jugeaient internet« risqué » et beaucoup d’internautes rechignent à donner leurs coordonnées bancaires en ligne.
Les acheteurs affichent une réticence grandissante envers le e-commerce, et se justifient de différentes manières :

  • 38% d’entre eux « préfèrent toucher les produits »
  • et 31% « n’aiment pas acheter à distance ».

Des résultats en faveur des magasins physiques mais contredits par les faits qui indiquent une augmentation des ventes par internet. Une contradiction qui questionne la pérennité des ventes en ligne sur le long terme. Une association magasin physique-numérique ne serait-elle pas la solution la plus optimale pour conserver ses clients tout en maintenant le format web ?

L’ouverture de showrooms, de pop-up stores ou d’entrepôts de retrait semble s’imposer comme une alternative intéressante. Il semblerait qu’Amazon ait (encore une fois) devancé ses concurrents…

Les Pure Players de référence

Certaines entreprises précédemment citées ont exploité de la meilleure des manières l’explosion du commerce en ligne. Amazon, Cdiscount, Ventes-privées… Elles représentent de la meilleure des manières l’opportunité que représente l’expansion d’internet à l’échelle commerciale. Regroupées, ces entreprises pèsent plusieurs milliards de dollars de chiffre d’affaire annuel.

Pas surprenant qu’ils soient qualifiés de pure n’est-ce pas ?

 

Flavien Allais

Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment