Oscar Kneppers: l’entrepreneur qui n’a peur de rien

Cette semaine, on se retrouve pour discuter « success story », alors même si vous vous dites sûrement ; encore un entrepreneur, qui va raconter comment il a eu une idée géniale, rencontrer moulte galères pour finalement gagner des millions…  Ne partez pas.

Cette fois-ci on va parler du parcours d’Oscar Kneppers qui a donné une conférence à la Cantine sur la thématique intéressante de “What does it mean to leave (or lose) your company ?”

Oscar Kneppers nous explique qu’il s’était déjà déplacé en juin dernier au festival digital Web2Day qui tient lieu sur l’île de Nantes pour speecher sur la thématique de « Pensez comme les startups, n’agissez pas comme elles », événement qui lui avait beaucoup plu et qui l’a sans aucun doute incité à renouveler l’expérience mais cette fois-ci sur un sujet tout à fait différent.

 

Une vingtaine de personnes réunies dans les locaux de la Cantine, ambiance cozy et conviviale. Pas de costume pour M. Kneppers mais une allure « chill et décontractée » qui représente tout à fait l’état d’esprit du personnage.

Pendant plus d’une heure et demie, Oscar Kneppers nous présente son parcours professionnel et l’expérience qu’il en a retirée sur chacun des évènements marquants qu’il a vécus. Parcours plutôt étonnant et qui donne relativement l’impression qu’il a déjà vécu plusieurs vies.

Pour résumer ; Oscar Kneppers c’est un entrepreneur qui a lancé de nombreuses marques pluri-médias depuis 1998, toutes centrées sur les thématiques des nouveaux médias, l’innovation et la technologie.

 

Il débute sa carrière aux Pays-Bas avec l’éditeur IDG en 1991 puis publie le premier magazine hollandais en ligne ; Net Magazine en 1994. En 1995, il lance Webwereld ; chaîne à succès traitant de technologie et diffusée sur Internet.

« Know your best before dead »

Après avoir lu cette citation sur un magazine en 1998, il décide de quitter l’entreprise où il travaillait et fonde son premier business ; Emerce. Magazine et site traitant du e-business, marketing et technologie. Après tout juste 3 ans d’activité Oscar vend Emerce en 2001 (magazine qui est toujours considéré comme l’un des noms médiatiques du monde d’internet et de l’e-commerce les plus importants aux Pays-Bas).

« If you go out of your comfort zone, magic happens »

Après avoir eu un grave accident en 2003 et un second enfant Oscar décide de “take things slow” et créé sa deuxième entreprise en 2004 avec comme mantra « Let’s try it » (ça sonne super simple, vu comme ça). Bright ; un titre pluri-médias qui traite des modes de vie numériques, du design créatif et des technologies innovantes. En 2007, Kneppers lance Bright TV une chaîne en ligne traitant des mêmes thématiques et en 2008 Oscar vend son entreprise (encore ?) à l’éditeur hollandais NDCIVBK.

« Work your butt off ! »

Après la vente de sa deuxième entreprise, Oscar décide avec sa femme et ses enfants de vivre en quasi complète « autarcie » dans les montagnes espagnoles. Il fait l’école à ses enfants et prend sans doute enfin le temps « de vivre pleinement ». Cependant, en 2011 (Oscar commençait à s’ennuyer) de créer une troisième startup Rockstart, la « Machine à Start-ups Internationale » qui a pour but d’aider les nouvelles entreprises à gagner en succès au cours des 100 premiers jours de leur existence. L’entreprise connaît un succès fulgurant mais encore une fois Oscar décide de quitter ses fonctions au sein de la start-up (tout en gardant ses parts) avec cette fois-ci un pincement au cœur (enfin).

Oscar résume donc son parcours en 4 lignes :

  • Journalism dropout (tried)
  • First million at 35 (lucky)
  • Bankrupt at 37 (not so lucky)
  • Excited 3 companies (done it before)

A lire ces lignes on pourrait presque croire que c’est le parcours le plus banal qui soit.

Mais qu’est-ce qu’on doit bien retenir alors du parcours d’Oscar Kneppers?

Durant toute la conférence, Kneppers nous transmet ce qu’il a appris en quittant ces trois entreprises et nous donne des clés/astuces qu’il a lui-même expérimenté pour tirer un maximum de profit dans le process de création d’entreprise mais tout particulièrement dans les bénéfices de quitter son entreprise à temps. En effet, pour Kneppers la notion du temps est relativement importante. Au fil de son parcours, il a remarqué que son cycle se mesurait à approximativement 6 ans.

Les points positifs c’est qu’Oscar nous donne l’impression qu’il y a du positif dans chaque situation.  « T’es fauché ? Ce n’est pas grave, tu vas te refaire » « C’est juste une entreprise, c’est supposé être une expérience, relativise ». Cette positivité est vraiment inspirante, ça nous donnait presque envie de tout plaquer et de créer notre entreprise.

Les seuls bémols, c’est qu’on avait le sentiment qu’il manquait de concret, conférence très « startuper » avec des conseils plutôt clichés comme « Ambitious is a good instrument to do things » ou « always have the end in mind ». Il manquait une dimension paternaliste à l’entrepreneur. Où est la notion de passion et d’attachement envers l’entreprise ? Le fait de quitter l’entreprise semble un peu trop facile alors qu’en réalité c’est surtout un crève-cœur. Enfin, on pense aussi au nerf de la guerre ; l’argent. La plupart des entrepreneurs, ne se permettent pas de prendre autant de risques financiers, il aurait peut-être fallu plus d’exemples concrets sur cette notion plutôt floue ce soir-là.

Dans tous les cas, à la fin du speech de Kneppers plusieurs personnes ont partagé leur ressenti lors du tour de table sur le fait de quitter son entreprise et ce qui en est ressorti c’est : dur, dur, dur.

En définitive, c’était une conférence très intéressante qui nous a apporté un retour d’expérience différent des autres et qui nous amène à réfléchir sur l’importance que l’on accorde à la création d’entreprise.

 

Une partie de l’équipe des Engagés (Axel, Albane et Sophia) avec M. Kneppers, you rock!

Alors, “stop taking yourself too seriously” et tentez ce qu’il y a à tenter !

Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment