Ornikar, la start-up digitale qui révolutionne le permis de conduire

Ornikar permis libreOrnikar, start-up digitale créée il y a un peu plus d’un an, est en passe de révolutionner le secteur l’auto-école. Face aux vagues de protestations des directeurs d’auto-écoles suscitées par le projet de loi Macron, Ornikar veut saisir sa chance. Rencontre avec son cofondateur, Benjamin Gaignault.

 

 

benjamin

Bonjour Benjamin Gaignault !  Pouvez-vous nous dire quelle place prend le Digital dans votre nouvelle façon de concevoir l’auto-école ?

Ornikar propose un nouveau modèle d’apprentissage de la conduite très en lien avec le digital. Notre objectif est de dématérialiser  l’interface de l’auto-école traditionnelle pour rendre la formation au permis de conduire plus accessible.

Finies les salles de cours, l’apprentissage du code de la route se fait sur notre plateforme web ; finis les coups de téléphone à son auto-école pour organiser ses heures de conduite, l’élève s’organise librement sur cette même plateforme.

Concrètement, avec sa plateforme et son réseau de plus de 450 enseignants indépendants répartis sur toute la France, Ornikar permet à ses élèves de prendre leurs heures de conduite où ils veulent – en semaine à Nantes, le week end à Paris par exemple – ; quand ils veulent : de 6h à 23h ; avec l’enseignant qu’ils souhaitent, ceux-ci étant par ailleurs évalués par les élèves.

Cette digitalisation de l’apprentissage permet de rendre la formation beaucoup moins chère, plus flexible et nous en sommes persuadés, plus qualitative.

Ce nouveau modèle semble effectivement très séduisant mais l’est-il réellement dans les faits ?

C’est tout d’abord un modèle qui a su séduire bon nombre de jurys de concours d’entrepreneuriat : nous avons en effet remporté plus de 10 concours en 1 an dont le concours 101 Projets organisé par 3 géants du web : Xavier Niel, Marc Simoncini et Jacques Antoine Granjon, qui ont d’ailleurs investi par la suite dans la société.

Nous sommes aussi soutenus par beaucoup de monde : plus de 10 000 personnes ont signé une pétition en faveur de notre modèle mais aujourd’hui, il nous manque un précieux sésame pour pouvoir exercer notre activité.

De quoi s’agit-il ?

Il s’agit de l’agrément préfectoral, nécessaire à l’exercice de la profession d’enseignement de la conduite. Notre dossier pourtant complet est bloqué en préfecture. Notre modèle semble effectivement gêner une partie de la profession…

Il y a deux semaines, les auto-écoles ont bloqué Paris pour protester contre la loi Macron. Y a-t-il un lien avec la digitalisation du modèle que vous proposez ?

Alors tout d’abord concernant cette manifestation, je tiens à distinguer les directeurs d’auto-écoles  – qui manifestent une certaine peur de voir notre modèle s’installer – , des enseignants qui nous soutiennent, comme en témoigne l’important réseau d’enseignants  que nous avons réussi à constituer en peu de temps.

Ensuite concernant la loi Macron,  nous ne pouvons en effet que saluer la démarche du gouvernement qui a pour ambition de replacer les élèves mais aussi les enseignants au cœur de cette formation. La prise en considération de nouveaux outils numériques pour accompagner l’enseignement de la conduite est bien entendu très favorable à un modèle comme Ornikar. Devenu inaccessible, il est urgent d’apporter des vraies solutions pour le permis de conduire, très souvent synonyme de passeport pour l’emploi chez les jeunes.

Alors l’agrément, c’est pour quand ?

Il faut rester prudent mais nous l’espérons dans les semaines à venir !

L'équipe d'Ornikar

L’équipe d’Ornikar

Pourquoi avoir décidé de vous installer Nantes ?

Initialement basés à Paris, nous avons effectivement décidé d’ouvrir une antenne à Nantes et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord car l’ADN d’Ornikar, c’est la mobilité territoriale. Nous nous devions en conséquence d’être physiquement présents ailleurs qu’à Paris. Ensuite car l’écosystème digital y est excellent, c’est la raison pour laquelle notre pôle de développement web y a été installé. Nous avons en effet trouvé de supers profils pour faire d’Ornikar le meilleur outil possible.  Enfin, la réactivité des interlocuteurs peut y être bien meilleure qu’à Paris. La banque, par exemple, est un véritable partenaire de notre croissance et est plus disponible à Nantes qu’à Paris. Nous sommes vraiment très satisfaits d’avoir choisi Nantes pour notre pôle web !

Enfin, si vous aviez un conseil à donner à un étudiant en digital, quel serait-il ?

Avec Ornikar, nous nous sommes servi du digital pour réinventer le secteur de l’auto-école mais je suis persuadé qu’il reste des dizaines d’autres secteurs à moderniser grâce au digital.

Alors si cet étudiant a la fibre entrepreneuriale, mon conseil serait double :

Faire tout d’abord preuve d’imagination pour repenser des secteurs traditionnels mais aussi apprendre à coder, pour pouvoir rapidement donner vie à ses idées.

Les Goonies

Victor Adrien, Johara Mrabet, Capucine Constant (@capufrenchfrie)

N’hésitez pas à suivre @Ornikar et @bgaignault

Leave a Comment