Et si on prenait du recul sur l’IoT ?

Dans cet article, nous allons aborder la thématique de l’IoT (Internet of Things), mais principalement des limites que pourrait éventuellement rencontrer ce secteur dans les années à venir.

A ce sujet, nous avons eu le plaisir d’accueillir Benoît Régent ; spécialiste des objets connectés au sein d’Audencia Business School. Deux journées passées avec cet expert afin de découvrir la thématique ultra-trendy de l’IoT.

Pour en apprendre plus sur Benoît Régent, retrouvez son interview sur notre blog.  

Laissez-moi vous rappeler ce qu’est l’Internet of Things en quelques mots. L’ IoT n’est autre qu’un réseau qui relie des objets connectés entre eux ; des générateurs de big data à analyser. Ces (gadgets) objets peuvent être :

  • un équipement domotique telle que l’enceinte Google Home par Google ;
  • un lieu équipé de capteurs ;
  • un weareable ; ou autrement dit, un objet que l’on peut porter sur soi comme l’Apple Watch d’Apple.

La diminution des coûts des différents composants électroniques, la hausse des capacités de traitement et de stockage rajouté à l’innovation logicielle permettent un boom considérable de ces IoT. On les retrouve tout particulièrement dans les secteurs de la médecine, du sport, de la food et de la santé.

Pour en apprendre plus sur l’IoT, retrouvez quelques clés essentielles dans un de nos précédents articles.

Quantified Self

Mais pourquoi utilise-t-on à ce point l’IoT dans notre quotidien ? Pour la simple et bonne raison que les individus veulent de plus en plus se mesurer ; l’ère du quantified self.

Toujours en quête de perfection et du “toujours mieux”, l’être humain cherche de plus en plus à mesurer ses performances pour les améliorer. De ce fait, les objets connectés représentent le Saint Graal puisqu’ils s’adaptent à chacun de nous, personnalisent nos analyses et permettent une optimisation des performances/données.

Ces objets connectés deviennent de véritables assistants personnels irremplaçables aux vues des utilisateurs. Par exemple : la brosse à dents connectée de Kolibree permet de visualiser le pourcentage de brossage de chaque coin de notre bouche (hyper utile n’est-ce pas ?) sur des écrans de plus en plus petits comme l’iWatch d’Apple par exemple.

 

 

Cette dynamique de quantified self est présente aussi lors de partages d’informations sur les réseaux sociaux. Un excellent moyen de se motiver, de créer un esprit de communauté et de comparer ses performances facilement. On peut donner l’exemple de Nike avec ses applications running, entres autres, qui cartonnent et qui leur permettent d’en apprendre toujours plus sur leurs clients.

Il faudrait peut-être penser à se déconnecter…

Les objets connectés seraient donc indispensables à notre vie et nous amèneraient directement vers une vie plus organisée et parfaite pour monsieur et madame tout le monde ?

Pas vraiment, en allant un peu plus en profondeur dans cette dynamique, on remarque que l’IoT a ses désavantages et limites

Incompatibilité des objets connectés

Un objet connecté n’est plus utile dès lors que la connexion au réseau ne s’opère pas. Un seul point faible peut avoir un impact énorme sur tout le système de l’IoT. Tous les objets ne communiquent pas entre eux et ne sont pas tous compatibles les uns avec les autres. Par exemple, la dernière iWatch d’Apple ne va pas être compatible avec un iPhone 5, il faudrait donc racheter encore et encore des produits neufs ce qui incite largement à la surconsommation. De plus, il faut s’assurer que le réseau internet soit une source fiable et disponible dès lors qu’on souscrit à un abonnement. Avec l’approche de l’installation du réseau 5G en France, il faudrait déjà imaginer que tous les objets connectés ne seront plus compatibles à ce réseau et donc inutilisables (vive le gâchis).  

Sécurité des données

Un objet connecté possède la capacité de collecter des données personnelles sur l’individu. Cet aspect peut accroître le sentiment d’insécurité et de méfiance chez le consommateur notamment du fait des nombreux abus et piratages qui ont déjà été recensés. La gouvernance des données devient donc une réelle problématique : avec qui je souhaite partager mes données ?

« 80% des objets connectés présentaient des failles de sécurité en 2016 » (Gartner, 2016)

On peut illustrer la puissance de l’objet connecté avec l’exemple de Forbes qui a réalisé un reportage où l’on observait qu’à l’aide d’un simple ordinateur on pouvait priver un véhicule de freins, de direction, etc.

On peut donc se poser la question sur la protection des données personnelles des objets connectés, question qui reste encore aujourd’hui trop souvent sans réponse…

Pour en savoir plus sur la cybersécurité, vous pouvez consulter notre article à ce sujet.

Limites psychologiques

Les objets connectés peuvent devenir des potentiels dangers lorsqu’ils prennent le contrôle d’une action normalement réalisée uniquement par l’individu. Déléguer des tâches à un objet connecté peut rendre l’individu assisté et démuni lorsqu’il doit s’en remettre à nouveau à lui-même et donc a posteriori augmenter son insécurité/anxiété. Par ailleurs on peut facilement se déconnecter de l’ordinateur mais beaucoup moins des objets connectés puisqu’ils font partie intégrante de notre quotidien. Confrontés à cette connexion permanente qui entraîne l’addiction on peut se demander si le droit à la déconnexion deviendra un enjeu majeur d’ici les cinq prochaines années.

 

Dégradation du lien social

Grâce aux objets connectés on assure la possibilité de se connecter avec d’autres individus et donc de communiquer 24/7. De plus en plus d’utilisateurs deviennent addicts à ce phénomène et ne peuvent plus décrocher de cette vie virtuelle. Leur utilisation excessive peut entraîner une dégradation des liens sociaux et peinent à se « reconnecter » avec la vie réelle.

En définitive, ne devrait-on pas à l’heure du digital, de la connexion toujours plus rapide et immersive, de la surconsommation de l’IoT, prendre une grande respiration et updater son statut en « hors-ligne, déconnecté » ?

Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment