On a testé pour vous… Les réseaux sociaux inconnus

Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest, Viadéo, Linkedin… jusque là vous nous suivez, non ? Mais si on vous dit Lulu, Tsu, Swarm, Nextdoor… savez-vous de quoi il s’agit ? On l’avoue, nous non plus ! Et pourtant des dizaines de dizaines de réseaux sociaux pullulent sur le net et nous n’en connaissons que très peu. On a donc testé pour vous 5 nouveaux réseaux sociaux peu connus (voire totalement inconnus ) !

Lulu

Que dire de Lulu… Vous étiez déjà un peu contre le principe de Tinder ? Pire, carrément « choqués » par Happn suite à notre article sur la drague 3.0 ? Avec Lulu, on a encore franchit une nouvelle étape.

Le réseau social est uniquement disponible sur mobile, via une application disponible pour iOS et Androïd. Comme tous les classiques du genre, Lulu géolocalise ses utilisateurs et vous permet de rencontrer les personnes proches de vous autour d’un verre et plus si affinités.

Là où l’application innove, c’est sur le feedback que la gente féminine peut donner aux utilisateurs masculins de l’appli. En effet, tous les hommes se voient attribuer une note après une rencontre, basée sur 5 critères (Humeur, Manières, Ambitions, Engagement et Apparence). En plus de ça, on peut attribuer des commentaires et des mauvais points à une de ses rencontres. Par exemple, il peut être attribué à un profil le point négatif « fume comme un pompier » ou le point positif « porte des chaussettes propres ».

Réseau social Lulu

Honnêtement, dans la majeure SMED, on aime le social branding (on en parlait déjà dans notre article sur le Personal Branding), mais il y a quand même des limites. On ne peut pas noter des personnes comme on note des produits sur Amazon. Le pire dans cette appli, c’est qu’on peut sans le savoir se retrouver avec une fiche créée à notre nom. Avec une note, qu’elle soit bonne ou mauvaise. Pas cool !

Malgré notre avis très négatif, sachez que l’application fait un carton chez nos amis américains.

Verdict des Digitox@Audencia : nous on zappe !

 

Tsū

Comme sur Facebook, tous les utilisateurs de Tsu (déjà évoqué dans un article du blog) peuvent se créer un profil présentant une photo de profil, une photo de couverture, quelques infos perso et tous ses posts.

Réseau social Tsu

Oui, on a remarqué nous aussi, ça ressemble vraiment à Facebook. Mais là où ça devient vraiment intéressant, c’est qu’au lieu de vendre les données que vous postez sur le réseau et de garder tous les bénéfices pour soi, Tsū redistribue 90% de ces bénéfices aux utilisateurs, en fonction de leur activité sur le site internet.

Un outil qui pourrait donc être pratique pour monétiser son activité en ligne et la data que nous laissons sur le web. Tellement intéressant que le poids lourd du secteur, le fameux Facebook, a interdit tout partage d’un post venant de Tsū sur le profil de ses utilisateurs. Facebook aurait-t-il peur ?

Pour la petite histoire, même si Tsū sonne un peu asiatique, c’est un réseau social américain. Son créateur, amoureux de l’écriture japonaise, a juste choisi pour nom la transcription de ce petit caractère katana que nous connaissons bien : ツ. Sympa non ?

Verdict des Digitox@Audencia : à surveiller de très près !

 

Swarm

Swarm est la meilleure application mobile pour retrouver vos amis rapidement et facilement ! Dès que vous ouvrez l’application, vous pouvez partager votre position avec vos amis proches. L’application vous permet de repérer en un coup d’œil si l’un de vos amis est dans les parages pour aller boire un verre à l’improviste ! Le service de messagerie vous permet de vous organiser avec votre groupe d’amis pour pouvoir organiser votre rendez-vous.

Réseau social Swarm

A noter que Swarm respecte tout de même votre vie privée puisque qu’elle indique votre présence dans un quartier sans pour autant de donner de position précise.

Cette application, spin-off de Foursquare, favorise les interactions entre les utilisateurs dans la « vraie vie » puisqu’on utilise Swarm pour se retrouver en vrai !

Verdict des Digitox@Audencia : on aime le concept mais un simple texto semble faire l’affaire pour organiser sa soirée ! 😉

 

Nextdoor

Nextdoor, c’est le réseau social des voisins ! On est sûrs que les “desperate housewives” approuveraient. Les voisins peuvent échanger des conseils, se poser des questions, organiser des événements, acheter ou vendre des objets… Autant de fonctionnalités qui peuvent être utiles ! Sans compter que le réseau social permet de construire un véritable esprit de quartier.

Concrètement, chaque quartier peut créer une plate-forme privée sur laquelle toutes les personnes qui y résident peuvent s’inscrire.

Réseau social Nextdoor

Pour l’histoire, Nextdoor a été fondée en 2010 à San Francisco et compte plus de 53 000 pages. La start-up américaine a quand même une valorisation de plus de 1 million de dollars. Nextdoor, un réseau social qui marche !

Verdict des Digitox@Audencia : on approuve !

 

Whisper

Longtemps comparée à Facebook ou Instagram, et rangée dans « les start-ups à suivre » par Business Insider en 2014, Whisper permet aux utilisateurs de poster de façon anonyme des Whispers. Comprenez, des photos accompagnées d’une ou deux lignes de texte, au travers desquelles on se « confie ».

Réseau social Whisper

Comme sur Instagram, ces photos peuvent recevoir des coeurs de la part d’autres utilisateurs, être retrouvées via un mot-clé ou atterrir, si elles deviennent populaires, sur la page d’accueil.

Mais la comparaison s’arrête là. Whisper nous a donné l’impression de retourner dans une version antérieure d’Internet. Car à la différence des autres réseaux sociaux, ou l’on parle beaucoup (trop) de soi, Whisper repose sur l’anonymat, «mode par défaut» du web avant la percée des réseaux sociaux.

Résultat: Aucun utilisateur de ce réseau n’est célèbre.
Sur Whisper vous avez la possibilité de partagez vos émotions brutes et authentiques… sorte de confessionnal des temps modernes. Un retour aux sources qui expliquerait le succès de l’application, qui enregistre 3 milliards de pages vues par mois.

Pour l’anecdote, cette application très populaire aux Etats-Unis s’est notamment offert le luxe de refuser une offre de la part de Facebook qui s’élèverait à quelque trois milliards de dollars.

Verdict des Digitox@Audencia : on laissera à Facebook le bénéfice du doute concernant cette application. Le déversoir cathartique, très peu pour nous.

 

 

En conclusion, nous les Digitox@Audencia, nous sommes un peu sceptiques concernant ces 5 nouveaux réseaux sociaux. Mais sincèrement qui était totalement emballé la première fois que l’on vous a parlé de Facebook ?

 

Les DIGITOX alias Clémence BONNOT, Simon BIDANEL, Charlotte CATELLA, Olympe MATHE & Bastien PILLON. 

Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment