Comment MonDocteur a-t-il révolutionné le secteur de la santé en 4 ans ?

Mercredi 14 mars, le Startup Palace de Nantes a convié Thibault Lanthier, le co-fondateur de MonDocteur. Il est revenu sur son expérience de start-uppeur depuis la fondation de son entreprise. Nous étions présents ! Retour sur la conférence.

Mon Docteur c’est quoi ?

Lancée il y a 4 ans, cette start-up a pour ambition de digitaliser la relation entre le médecin et le patient.
L’idée étant de faciliter la prise de rendez-vous entre les patients et les spécialistes de la santé, de permettre la transmission de documents de manière sécurisée entre plusieurs médecins, et de faciliter la communication entre médecins.
La santé est un secteur complexe où il y a de fortes résistances aux changements. Cependant, en seulement 4 ans, MonDocteur a su s’imposer et est aujourd’hui le 1er réseau de santé de France. Le site offre une solution de gestion de relations patients dédiée aux professionnels de la santé. 

Véritable outil CRM pour les médecins et hôpitaux, le modèle économique de l’entreprise réside dans la vente de ce logiciel aux professionnels. En effet, les patients ne paient rien.
La start-up a connu un véritable essor, en passant de 0 à 30 millions de consultations en 4 ans. Aujourd’hui, Thibault Lanthier se félicite d’employer plus de 200 salariés, répartis dans 30 bureaux en France, avec plus d’une centaine de personnes sur le terrain.
Démultiplier les pôles au niveau national a été la clé pour innover dans le secteur de la santé. Etre présent sur le terrain est donc nécessaire pour se faire connaître et former les professionnels à l’usage du logiciel.

Quelques chiffres clés :

MonDocteur c’est :

2,5 millions de consultations par mois
30% des français ont déjà pris rendez-vous via MonDocteur
12 000 médecins référencés, 30 hôpitaux publics et 50 cliniques privées
Phase de pleine croissance amorcée à partir de 2015 en dépassant la barre du million de consultations
Première levée de 2 millions d’euros fin 2013, avec comme particularité de les lever auprès d’un industriel (Groupe Lagardère). Aujourd’hui, le Groupe a renouvelé sa confiance et investi 15 millions.

Les débuts de MonDocteur :

L’ambition première de MonDocteur est de moderniser le secteur de la santé et donc de devenir « gros ». Se voyant difficilement se lancer seul dans cette aventure de grande ampleur, Thibault Lanthier a souhaité s’entourer de 2 associés.

Les 3 fondateurs ont 3 profils très différents : 2 anciens écoles de commerce (1 marketer et 1 manager) et 1 ingénieur. En effet, en voulant lancer un logiciel, la compétence technique était évidente. De plus, en termes de management, il fallait des ressources organisationnelles et opérationnelles pour pérenniser le projet sur le long terme.

Après seulement 2 semaines de réflexion, les 3 associés commençaient d’ores et déjà à aller voir les médecins sur le terrain, avec des maquettes du logiciel réalisées sur PowerPoint. Au premier abord, les spécialistes de la santé ne comprenaient pas le concept. Pour autant, ils ont redoublé d’effort et rencontré plus de 500 médecins en seulement 3 semaines.

Cette stratégie a été gagnante : le concept MonDocteur a été vendu à une cinquantaine de médecins avant qu’une seule ligne de code ne soit écrite !

Ambitions pour les mois à venir :

MonDocteur ne souhaite pas seulement être le booking de la santé. La start-up a pour ambition de simplifier autant que possible la relation patient / médecin. Aujourd’hui, elle est connue pour la prise de rendez-vous, mais ne se limite pas qu’à ça ! L’expérience utilisateur passe également par un suivi des consultations, une mise à disposition des documents et ordonnances, également par la possibilité de donner accès à un nouveau médecin aux anciennes données du patient.
MonDocteur souhaite donc proposer aux patients un véritable tableau de bord de santé !

Cependant, contrairement à ce que l’on pourrait penser au premier abord, la start-up ne se focus pas sur l’acquisition de nouveaux utilisateurs. En effet, les médecins apportent leurs patients et donc les transforment en utilisateurs.
Pour les médecins et hôpitaux, la start-up souhaite enrichir le logiciel, en décloisonnant le partage d’informations et en développant davantage de spectres fonctionnels.

Aujourd’hui, seulement 10% des médecins utilisent MonDocteur, malgré la croissance rapide de la start-up lors de ces 4 premières années.

Leave a Comment