L’entrée en bourse de Snapchat pour les nuls

Une entrée en bourse est toujours un événement, surtout lorsqu’il s’agit d’une entreprise de la tech. Alors forcément, quand il est question de Snapchat, difficile de passer à côté. Entre enthousiasme et méfiance, le réseau adopté par les millenials ne fait pas l’unanimité. Nous vous avons sélectionné quelques articles pour vous aider à y voir plus clair.

 

Snapchat chiffres

Snapchat entre en bourse : pourquoi est-ce si excitant ? 

Snapchat money

En 2012 et 2013, Facebook et Twitter sont les premiers réseaux sociaux à faire leur introduction en bourse, avec des résultats inégaux mais des levées de fonds impressionnantes. Rien d'étonnant à ce que Snapchat, qui rencontre un réel succès depuis sa création, ait souhaité tenter sa chance à son tour. Rien d'étonnant non plus à ce que les investisseurs soient enthousiastes : lors de son introduction le 2 mars, Snapchat était l'une des entreprises les mieux valorisées du secteur à près de 25 milliards de dollars

Car Snapchat n'est pas juste un réseau social amusant avec un système de filtres originaux. Snapchat, c’est surtout un énorme potentiel publicitaire. Avec ses 150 millions d'utilisateurs actifs quotidiens, nombreux sont les annonceurs disposés à investir sur ce format afin de toucher la cible compliquée des 17-34 ans. D'autant plus que Snapchat utilise pour l'instant très peu la publicité. Les fonds levés suite à cette entrée en bourse devraient servir à développer de nouveaux produits. 

Et si tout ne durait que le temps d'un Snap ? 

Snapchat cout action
Il n'aura pas fallut longtemps pour que l'enthousiasme se dissipe. Le 7 mars, soit 5 jours après son introduction en bourse, l'action Snapchat perd 12% de sa valeur. Le nombre d'articles mettant en garde les investisseurs se multiplient. Ce scénario n'est pas sans rappeler celui de Facebook en 2012. Sauf que suite à des débuts compliqués, Facebook s'est bien ressaisi et fait aujourd'hui partie des 6 plus grosses capitalisations boursières (derrière les géants Apple, Google ou encore Microsoft). 

Snapchat connaîtra-t-il le même destin que Facebook ? Le contexte n'est pas comparable, les deux entreprises ne sont pas comparables et rien ne dit que la success story se répètera. Certes, Snapchat est un réseau social apprécié et reconnu. Certes son chiffre d'affaires a été multiplié par 6. Mais pour les analystes, cela ne suffit pas à justifier la valorisation de Snapchat à 25 milliards de dollars. Pourquoi ?

  • Snapchat n'est toujours pas rentable, et ce malgré ses 150 millions d'utilisateurs quotidiens
  • Le nombre d'utilisateurs connaît un ralentissement de croissance pour la première fois de l'histoire du réseau
  • Les actions proposées par Snapchat ne laissent pas de droit de vote aux investisseurs, qui n'auront donc aucun poids dans les prises de décision

Il n'en faut pas plus pour freiner des investisseurs traditionnellement frileux face aux réseaux sociaux. Alors quelle direction prendra Snapchat ? Celle de Facebook dont l'action vaut aujourd'hui 130$ ? Celle de Twitter qui peine à générer des bénéfices et à séduire les investisseurs ? Ou une différente encore, qui pourrait inciter les entreprises de la tech comme Airbnb ou encore Uber à sauter le pas et faire leur introduction en bourse à leur tour. 

 Messenger day, le ctrl+c ctrl+v de Facebook

Snapchat-messenger-dayLe 7 mars, Facebook présentait la dernière fonctionnalité intégrée à messenger : Messenger day. Le principe est le même que pour les story Snapchat. Il suffit de prendre une photo et de l'intégrer à "sa journée" où elle sera disponible pendant 24 heures à l'ensemble de ses amis Facebook. Jusqu'à présent à l'essai dans différents pays, cette fonctionnalité est désormais disponible à l'ensemble des utilisateurs de l'application. 

Cette annonce assois encore un peu plus la rivalité entre Facebook et Snapchat. Elle met également Snapchat en danger : si ses concurrents sont si dévoués à en copier les fonctionnalités c'est avant tout pour en récupérer les utilisateurs. Alors, toujours copié jamais égalé, mais pour combien de temps ? 

 

 

Marine Laurent pour Make it Digital 

Leave a Comment