Interview de Jean Delpech, Directeur de Projets Digitaux chez BETC

Au sein du programme de la majeure Marketing à l’ère Digitale d’Audencia, nous avons eu la chance d’avoir comme intervenant Jean Delpech, Chef de Projets pour BETC Digital : Rencontre.

 

Bonjour Jean, j’aimerais tout d’abord savoir en quoi consiste exactement le métier de Chef des Projets Digitaux chez BETC ?

 Mon travail consiste à concrétiser les projets digitaux des clients de l’agence. Quel que soit le projet – communiquer sur un nouveau produit, accompagner le lancement d’un programme CRM, produire un site web ou une application – le chef de projet doit faire en sorte que le projet voit le jour. Dans les délais souhaités par le client, sans dépasser son budget, et surtout avec un niveau de qualité maximum. 

Concrètement, c’est au chef de projet de choisir les ressources qui vont travailler sur le projet, s’assurer qu’elles le font dans les temps et en connaissant les enjeux du projet. On dit souvent que c’est le chef d’orchestre des projets : il choisit ses musiciens, donne le rythme et s’assure du début à la fin que tous jouent une partition commune !

En tant que directeur de projets, je pilote une équipe de 7 chefs de projet : je m’assure qu’ils avancent correctement et ne rencontrent pas de difficultés, je mets en place des outils et des process pour leur faciliter la tâche, je transmets les bonnes pratiques. Je suis également beaucoup au contact des clients, auprès desquels j’interviens surtout en début de projet. J’essaie de comprendre leurs besoins et de concevoir avec eux le meilleur dispositif pour y répondre.

 

Comment êtes-vous devenu chef de projet ?

 Diplômé de la majeure Marketing for Product Manager d’Audencia Business School, j’avais auparavant fait mon stage AIPM (ndlr : année de césure en entreprise) chez Ubisoft. Pendant 1 an, j’ai été au contact d’anciens développeurs de jeux vidéos qui m’ont beaucoup appris sur les aspects techniques du digital. J’ai eu la chance d’apprendre à coder, ce qui m’a ensuite permis de lancer ma structure d’auto-entrepreneur et de produire des sites web pour des clients.

Je suis devenu chef de projet digital, car j’avais cette double casquette marketing – technique qui est très recherchée par les recruteurs. Être capable de parler avec des techniciens et de piloter leur travail, tout en sachant intégrer les problématiques marketing d’un client n’est pas chose courante. Ma valeur ajoutée en tant que chef de projet était donc intéressante pour une agence comme BETC Digital.

  

Quelle est pour vous, la plus belle réalisation digitale de BETC ?

 Pour moi, la plus belle réalisation de l’agence est le site Collapse, qui a été produit pour Ubisoft en 2015, à l’occasion de la sortie du jeu The Division.

Un challenge énorme sur le plan technique – rien de moins que de modéliser la Terre en 3D en temps réel – et un vrai bel exemple de story-telling. Je sais que le projet a été très éprouvant pour certains mais il a été récompensé par de nombreux prix ! Le site n’est malheureusement plus en ligne aujourd’hui. Mais il a été une source d’inspiration pour de nombreuses personnes dans le domaine du digital.

 

Quel est le projet dont vous êtes le plus fier ?

 J’ai accompagné en 2014 la production du site e-commerce de la marque de couteaux Deejo. Il ne s’agit pas d’un simple site e-commerce : l’utilisateur a sous les yeux un couteau, autour duquel il peut tourner, et qu’il peut personnaliser de milliers de façons. 

 Le challenge technique était là aussi important – un configurateur de produit en 3D temps réel, personne ne l’avait jamais fait avant nous – mais c’est surtout un projet avec une ambition créative très forte. Imaginer toutes les façons de personnaliser le produit, travailler avec des artistes pour en créer le design, concevoir la plateforme technique… C’était un projet passionnant de A à Z, avec des personnes hyper-talentueuses.

Et nous avons reçu le prix Stratégies du site e-commerce de l’année avec ce projet, j’en suis donc très fier !

  

Quel est le plus de BETC digital par rapport aux autres agences digitales ?

BETC Digital est une entité de BETC, l’une des agences de publicité les plus créatives en France, si ce n’est la plus créative. L’exigence de créativité et de qualité des productions, digitales ou non, est extrêmement forte. C’est vraiment ça qui fait la différence, et on est le plus souvent fier de ce qu’on produit.

 

Pensez-vous que les progrès du digital puissent constituer une menace pour la publicité telle que nous la connaissons aujourd’hui ?

 Cela dépend de quel point de vue on se place ! Les dépenses publicitaires n’ont jamais été aussi fortes sur le digital et la tendance ne s’infléchit pas. Les publicités n’ont jamais été aussi personnalisées, ciblées, optimisées. Donc le marché de la publicité se porte plutôt bien. 

Du point de vue du consommateur en revanche, je suis de ceux qui trouve que les supports publicitaires digitaux – bannières, posts sponsorisés, emails – sont le plus souvent assez pauvres et inintéressants. Un spot TV hyper-créatif, ou un print avec un message malin, ça fonctionne souvent beaucoup mieux. Mais au-delà des formats digitaux qui sont surtout drivés par la performance, le digital ouvre la porte à des expériences publicitaires très riches. Il faut seulement se donner les moyens de les produire et d’être créatif dans la façon de les produire. 

 

Quelles sont les qualités requises pour devenir chef de projet ?

Un chef de projet n’est ni un créatif ni un développeur mais avant tout un manager. Il doit donc être rigoureux, très bien organisé, avoir un bon relationnel et avoir le goût de concrétiser des projets. Réussir à sortir un projet dans les temps, qui fonctionne et dont on soit fier, c’est un sentiment très agréable ! C’est un métier très complet où l’on apprend beaucoup et qui permet de travailler tous les jours avec des gens de talent.

 

Quels conseils donneriez-vous à un étudiant qui souhaite se lancer dans cette voie ?

Il faut profiter de ses études pour être curieux, se cultiver, engranger un maximum de connaissances sur le digital : les grands acteurs du numérique, les nouvelles technologies, les enjeux économiques mais aussi tout le langage technique. Il ne s’agit pas d’être un technicien pour réussir : il existe énormément de développeurs, designers, ingénieurs, tous très talentueux. Mais pour un manager, le fait de savoir parler le même langage que ces gens, connaître le monde du numérique et être capable d’en comprendre les enjeux, ça a une valeur inestimable. 

Il existe toutes sortes de médias qui traitent des problématiques du numérique : des sites web, des séries, des journaux, des podcasts. Les cours que vous allez recevoir seront indispensables à votre réussite. Mais toute la culture que vous allez pouvoir acquérir par ailleurs sera un vrai atout lorsque vous arriverez sur le marché du travail car vous aurez une compréhension beaucoup plus globale du digital. 

 Merci beaucoup pour le temps que vous nous avez accordé pour cette interview, Jean !

La team Digiminds

 

Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment