Heetch, IBM et NRKBeta : changer les règles du jeu.

Le digital, ce n'est pas qu'une affaire de memes, de retweets et de clickbait. De la manifestation virtuelle à la fin des commentaires irréfléchis sur les articles de presse en passant par la preuve que l'intelligence artificielle peut aussi servir l'art, trois articles pour s'en convaincre.

Suite à sa condamnation le 2 mars pour complicité d’exercice illégal de la profession de chauffeur de taxi, l'entreprise de covoiturage Heetch a eu une idée originale pour manifester son mécontentement : une manifestation virtuelle. Les deux fondateurs de la start-up en ont appelé avec l'aide de l'agence Manifestory aux candidats à la présidentielle en combinant écrans mobiles circulant dans Paris, diffusion en streaming de débats et d'interviews, site éphémère generationheetch.com... Une initiative qui a porté ses fruits, puisque selon l'agence, l'opération a généré 20 000 tweets, 170 000 vues et 5 000 commentaires. Tout cela au service des valeurs défendues par l'entreprise : permettre aux utilisateurs au budget limité (70% de la clientèle) de se déplacer la nuit dans les grandes agglomérations, le tout pour un prix abordable. À un peu plus d'un mois du premier tour de la présidentielle, ne reste plus qu'à voir si cette campagne événementielle éclair poussera les candidats à détailler leurs projets concernant le numérique en France.

La deuxième star de cette revue de presse, c'est IBM et son programme d'intelligence artificielle Watson : la multinationale américaine a brillé au Mobile World Congress en prouvant qu'il est possible de marier deep learning et art. Vous vous souvenez sûrement des tableaux psychédéliques composés par le programme Google Deep Dream ? Watson, la fameuse IA championne au Jeopardy et capable d'assurer des diagnostics en milieu médical, a été nourrie de centaines de documents concernant l'oeuvre et la vie d'Antoni Gaudi, l'architecte catalan ; grâce à un système d'apprentissage profond, le programme a utilisé les éléments biographiques, les croquis, les photos de Barcelone, etc. pour créer ses propres œuvres, dans la continuité de la vision de l'artiste. L'idée : prouver que l'intelligence artificielle, aussi imparfaite qu'elle soit, peut contribuer à stimuler la créativité humaine. Au XXIème siècle, l'art est augmenté.

Enfin, terminons avec l'initiative osée mais prometteuse de la section Technologie du site norvégien d'informations NRK, qui inaugure les premiers articles exigeant de leurs lecteurs qu'ils répondent à un questionnaire sur leur contenu avant de pouvoir poster un commentaire. En effet, la qualité de ceux-ci laissent souvent à désirer : les visiteurs, qu'ils naviguent sur le site ou soient amenés par un lien posté sur les réseaux sociaux, ont tendance à se satisfaire de la lecture d'un titre avant de ressentir le besoin irrépressible de partager leur opinion sur le sujet traité. Désormais, pour pouvoir exprimer ses vues, il est nécessaire de répondre à quelques questions basiques sur le contenu de l'article. Le but est notamment d'empêcher les dérives sur des sujets sans rapport et de réduire les propos haineux ; une mesure potentiellement clivante qui frustrera les lecteurs honnêtes, mais qui évite d'avoir à tout bonnement désactiver les commentaires.

Leave a Comment