Le secteur de l’alimentaire nantais se digitalise face à la crise sanitaire

En ce 43ème jour de confinement, le défi de la survie économique se pose pour de nombreuses entreprises. Les professionnels de l’alimentaire, malgré les priorités de cette période, font partie des plus concernés. Petits commerçants, restaurateurs et marchés souffrent des consignes sanitaires. Pourtant, partout en France, ils essayent de s’organiser pour reprendre un semblant d’activité normale. Alors, comme cette crise nous invite à nous recentrer sur le local plutôt que sur le (inter)national, regardons comment le secteur de l’alimentaire se digitalise à Nantes pour faire face à la crise sanitaire.

Une marketplace pour aider les commerçants et artisans de Loire-Atlantique

Bien avant l’apparition du Covid-19, la CCI de Nantes-Saint-Nazaire menait un projet de création de marketplace pour les commerçants et artisans de Loire-Atlantique. Son objectif est de favoriser le e-commerce local de manière responsable. Tous les commerçants alimentaires, ou non, peuvent y proposer un large choix de produit que les consommateurs pourront récupérer aux drives des magasins ou par livraison à domicile, à vélo, évidemment.

crise-covid-nantes-alimentaire

Cette marketplace est entièrement gérée par le groupe La Poste. L’administration a été confiée à la plateforme mavillemonshopping.fr, appartenant au groupe. Concernant la livraison, ce sont là-aussi des coursiers de La Poste qui s’en chargent.

L’initiative, dont la date de sortie a été avancée pour répondre aux enjeux de la crise, a été saluée par de nombreux acteurs du territoire nantais.  Politiques (la Métropole de Nantes et les conseils régionaux et départementaux) et Associations de Commerçants Nantais et Nazairiens estiment que cette démarche e-commerce sauvera le chiffre d’affaires de beaucoup de commerçants. Ils espèrent aussi en faire un levier de croissance après la crise.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site de 20 minutes.

Le marché virtuel, une issue de secours pour le restaurant Sapio

A Nantes, le restaurant le Sapio n’échappe à la règle. Impossible d’ouvrir les portes de son restaurant à ses clients. Comme partout ailleurs, la situation économique du restaurant et de son personnel est critique. Le patron du restaurant doit gérer les salaires et les charges de ses huit salariés.

Dans cette situation critique, le restaurateur semble avoir trouvé un échappatoire. Si les clients ne peuvent plus venir manger au restaurant, le restaurant viendra à eux par l’intermédiaire de son propre site de vente en ligne.

Son idée de départ fut plutôt simple. Il a contacté ses clients en leur demandant quels plats ils aimeraient se faire livrer. Puis, il a rappelé deux de ses cuisiniers pour les concocter. Ainsi, les clients retrouvent maintenant au menu, ou plutôt à la vente, des bocaux de plats mijotés dans les cuisines du restaurant.

L’objectif est très clair. Il faut impérativement que le concept d’achats de bocaux fait maison prenne. C’est la seule condition pour  remettre ses 6 autres employés au travail et assurer, ainsi, la survie économique du restaurant. 

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site de France 3 Régions.

Solidarissime, la carte de Nantes interactive pour simplifier ses courses

La mise en place de toutes ces initiatives est vitale pour le secteur. Faut-il encore les faire connaître de tous … Le bouche à oreille est un outil important, mais il n’est pas suffisant. La chambre économique de Nantes Métropole Sud Loire l’a bien compris et a décidé de protéger et d’informer les Nantais à l’aide de la carte interactive Solidarissime sur son site.

carte-nantes-solidaire-crise

Cette carte Solidarissime est là pour guider les Nantais dans leurs choix de commerce. Elle y recense pour chaque commerce les efforts et les adaptations appliqués :

  •     Modalités de livraison, si elles existent
  •     Mesures sanitaires mises en place
  •     Horaires d’ouverture
  •     Accessibilité handicapée

Ainsi, vous pouvez y retrouver les commerces alimentaires, supermarchés, boulangers et marchés. D’autres établissements y figurent, comme ceux de première nécessité, les bureaux de tabacs, les pharmacies et d’autres encore.

Tous les commerçants qui le souhaitent peuvent s’inscrire sur la carte Solidarissime. Voilà encore une bonne initiative pour faire ses courses en toute sérénité et pour favoriser le commerce de proximité à l’avenir.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site de Ouest France

 

Le rendez-vous est pris à la fin du confinement pour voir si la digitalisation du secteur de l’alimentaire nantais aura tenu ses promesses et si elle leur servira de futur levier de croissance.

Si vous êtes une entreprise, vous pouvez retrouver ici nos conseils pour adapter votre communication à la crise sanitaire du Covid-19.

Bastien Michelot

(Français)
Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment