Rejoignez la révolution éditoriale : choisissez le slow content !

« Un cheese burger et des frites, s’il vous plait ! », et quelques instants plus tard, vous voilà le plateau entre les mains en train d’avaler un plat préparé en deux minutes. C’est rapide et facile, mais est-ce que cela marquera votre esprit dans un an ? À mon avis, bien moins qu’un bon repas que vous avez attendu puis dégusté dans une brasserie reconnue de Paris.

Surprise ! Cela vaut pour toute publication adressée aux internautes. Un contenu de qualité que vous avez pris le temps de rédiger attirera certainement plus l’attention de votre cible qu’un contenu posté pour être posté. Quantité n’a jamais rimé avec qualité, et dans la course aux leads, on oublie parfois que la cible est confrontée à un flux informationnel constant.

Mais alors, qu’attend-on pour passer au slow content ?

Aller plus lentement là où tout s’accélère

À l’origine, la slow life est une philosophie de vie née dans les années 80 promouvant un mode de vie axé sur le présent, plus lent et plus simple. Aujourd’hui, ce concept s’applique à de nombreux secteurs : l’industrie des médias, l’alimentation, le tourisme etc.

Pour ce qui nous intéresse, le “slow” en marketing content, c’est l’idée de prendre le temps de consommer et de produire de la qualité. Cette volonté de redonner du sens aux contenus s’inscrit à rebours de la culture de l’infobésité. L’apparition de l’information traitée en direct dans les médias, puis sur le web et les réseaux sociaux a fait émerger de nombreux canaux de communication pour les entreprises. Et qui dit multiplication des canaux, dit multiplication de l’information. Ce phénomène fait de l’internaute une cible difficile, impatiente et surtout peu attentive.

gif taper vite clavier

Entre 2000 et 2017, la durée d’attention moyenne d’un individu est passée de 12 à 8 secondes selon une étude réalisée par Microsoft. À titre de comparaison, un poisson rouge a une durée d’attention moyenne de 9 secondes.

Slow content vs snackable content 

Se démarquer en tant qu’entreprise dans un monde digitalisé où la précipitation est le maître mot est un exercice complexe. En content marketing, et ce pour n’importe quelle entreprise, les objectifs sont nombreux :

  • Générer des leads;
  • Informer ces leads et répondre à leurs questions;
  • S’ériger en expert de son secteur et enrichir son offre;
  • Asseoir sa présence sur différents canaux.

Malheureusement, les marketers ont tendance à prioriser le “snackable” content, à savoir la mise à disposition rapide de contenus, et en quantité. Résultat : l’info se perd dans le flux, personne ne lit et les taux d’engagement n’ont jamais été aussi bas. Pourtant, afin d’établir une relation de proximité avec un prospect qu’on espère convertir en client, il est indispensable d’attirer son attention. 

Prendre le temps et allouer plus de ressources à la production d’un contenu utile, éthique et pertinent aux yeux du consommateur est souvent perçu à tort comme un sacrifice coûteux. Vous connaissez la morale : “Rien ne sert de courir…”, et vive le slow content !

Et concrètement, on fait quoi ? 

Pour produire des contenus plus slow, il faut d’abord accepter de publier moins souvent et résister à la tentation de la quantité. Ensuite, l’entreprise doit s’interroger sur son identité, ses valeurs et ses convictions profondes pour proposer une expérience éditoriale qui fait sens. 

Voici quelques tips pour parvenir à transiter vers un modèle de content marketing “slow” :

  • Aménager son planning éditorial : c’est sûrement la première étape vers l’acceptation. Il est indispensable de prévoir des temps de pauses, prendre en compte le contexte favorable ou défavorable avant l’envoi de votre message aux internautes. Le mot “SENS” doit résonner tout le long de la construction de votre planning éditorial. 

  • Recycler son contenu : il faut revoir l’ensemble des contenus déjà existants pour mieux les croiser et les regrouper dans une seule et même publication “durable”. L’objectif ici est de répondre aux questions que se posent vos cibles, voire de les anticiper. Ainsi, on devient un expert dans son domaine, on se crédibilise et on attire donc plus de leads.
     Créer un “mook”, format en vogue depuis 2008, est un bon exemple. À mi chemin entre un magazine et un livre, le mook se démarque par son graphisme moderne, sa manière de traiter l’information souvent décalée mais aussi par sa périodicité. Choisir une périodicité, c’est refuser l’information en continue. Jetez un coup d’oeil aux mooks “France Culture Papiers” ou encore “Revue XXI”, qui sont de belles illustrations de ce nouveau format. 

  • Ne pas lésiner sur le graphisme : être slow exige d’être créatif. Il est inutile de poster moins si vous ne prenez pas soin de vos contenus. L’image et l’illustration sont généralement les portes d’entrées vers des contenus plus élaborés ; En effet, n’oubliez pas que votre cible est moins concentrée qu’un poisson rouge. Attirer l’oeil de l’internaute avec une créa travaillée est donc indispensable. 
    → Pour rediriger vers votre contenu, faites appels et investissez des talents créatifs pour réaliser des illustrations de sens : mise en avant d’un chiffre important, animations graphiques etc. 

    Image tablette graphique

  • Oser d’autres formats : variez les plaisirs ! Si rédiger des articles “slow” est un levier intéressant, pensez également à toutes les possibilités qui s’offrent à vous maintenant que vous avez plus de temps. Podcasts et vidéos sont par exemple des formats très prisés aujourd’hui et permettent d’allier créativité et efficacité. 
     Réalisez de courts tutos vidéos pour répondre aux questions de vos leads : vulgarisez, apprenez, soyez utiles ! Apple l’a bien compris avec la publication de plusieurs tutos de 30 secondes sous formes de mini modes d’emplois pour son dernier Iphone. 

    Toujours pas convaincus ? Allez faire un tour sur le blog du slow content by dixxit, qui propose des contenus intéressants à ce sujet, et très slow.
    Maintenant que vous avez quelques clés pour devenir de vrais “slows” marketers, à vos claviers !

 

Estelle Agon

(Français)
Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment