Ralph 2.0 : Comment Disney explique Internet aux enfants

Dans Ralph 2.0, le dernier film du studio aux grandes oreilles, les héros se baladent dans l’Internet. Un Internet idéalement réécrit à la sauce Disney.

Ralph 2.0 : la promotion de l’empire Disney

Internet est une grande mégalopole où le soleil ne se couche jamais : c’est ainsi que le monde numérique est représenté dans le film d’animation.

A votre avis, à quoi ressemble Oh my Disney, le site officiel de la marque ? Pas besoin de chercher bien loin. Il s’agit d’un immense parc d’attractions, où toutes les licences du groupe sont soigneusement montrées : Marvel, Pixar et bien sûr Star Wars.

Pixar, Marvel, Star Wars forment Oh My Disney

Dans ce Dis-net, les concurrents sont les grands absents. Les studios hollywoodiens traditionnels (Dreamworks, Universal, etc.) sont bien sûr introuvables : après tout, c’est de bonne guerre. Mais qu’en est-il de la plus grande plateforme numérique audiovisuelle, le géant Netflix ? Pourquoi n’apparaît-elle pas dans le film, alors qu’il s’agit aujourd’hui d’un acteur majeur du web ?

Retour en août 2017 : Disney divorce de Netflix, et annonce dans la foulée que Mickey aura désormais sa propre plateforme de streaming à partir de 2019. Toutes les productions Disney, mais aussi les licences du groupe (Films Pixar, Marvel et Star Wars donc) seront ainsi bientôt retirées du catalogue du géant du streaming.

Netflix est donc un futur concurrent direct de Disney, ce qui explique son absence dans Ralph 2.0.

Une autre plateforme de vidéo est en revanche bien présente : Youtube. Mais elle n’apparaît que dans le décor de la ville, et n’a pas de rôle majeur dans le film. A la différence de « Buzzztube », imaginée pour les besoins du scénario, et qui est décrite comme… « La première plateforme de partage de vidéos au monde » ! Un sacré camouflet pour Youtube. Qu’a donc fait la plateforme pour énerver à ce point Mickey ?

En 2018, Youtube a lancé Youtube Premium, un service par abonnement proposant du contenu exclusif produit par le site. Autrement dit, un nouveau concurrent de Netflix et de la future plateforme de Disney !

L’empire américain, omniprésent dans Ralph 2.0

Malgré ces grands absents, on retrouve tout de même la plupart des sites Internet mondialement utilisés. Mais tous ou presque ont un point commun : ils sont américains.

Dans le quartier des réseaux sociaux, Facebook, Instagram, Snapchat et les adorables oiseaux bleus de Twitter sont très largement mis en avant. Qu’en est-il des réseaux sociaux chinois, utilisés par des millions d’internautes ?

L'arbre des oiseaux de Twitter

Les oiseaux bleus de Twitter dans Ralph 2.0

De même, on ne trouve qu’un moteur de recherche dans le film : Google. Quid de Baidu, premier moteur de recherche en Chine ? Ou de Yandex, utilisé par la moitié des internautes russes ?

Avec ce film, les Etats-Unis continuent d’utiliser le soft power dont ils sont devenus les maîtres incontestés dans leur domaine de prédilection : le cinéma.

Ralph 2.0 : Un film pédagogique

Néanmoins, Ralph 2.0 prend bien soin de décrire les dangers du web. De quoi faire de la prévention auprès des enfants, internautes de plus en plus jeunes.

Ainsi, le dark web est représenté comme les bas-fonds mal famés de la ville. Des individus peu recommandables y traînent, comme une grosse limace répugnante, sans doute cousine de Jabba le Hutt, dealer de virus informatiques.

Le film traite également d’un autre aspect peu reluisant d’Internet : le harcèlement, les haters et autres trolls, lors d’une scène où Ralph découvre des commentaires d’internautes l’injuriant.

Les pop-ups, plus amicales que dans notre réalité, sont quant à elles représentées par des hommes-sandwiches. Il est amusant de constater que les réalisateurs ont choisi une profession aujourd’hui disparue pour matérialiser cette pratique publicitaire du XXIème siècle.

Ralph 2.0 peut parfois ressembler à une longue publicité pour Disney et les géants du numérique. Cependant,  il reste un agréable divertissement qui plaira aux enfants comme aux adultes.

Ralph 2.0, ou Ralph Breaks the Internet en VO, est réalisé par Rich Moore et Phil Johnston.

Bande-annonce :

 

Sacha Mauduit – Team Les Nice Guys

(Français)
Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment