Netflix a-t-il tué la télévision ?

Le paysage audiovisuel français est bouleversé depuis septembre 2014. Depuis l’arrivée de Netflix, les français ne consomment plus les contenus audiovisuels de la même manière. Focus.

Même si la petite lucarne reste un « objet social », ses acteurs historiques doivent s’adapter à l’arrivée du géant américain. Chaque année ce dernier grappille des parts de marché et présente aujourd’hui plus de 140 millions d’abonnés dont 5 millions en France. 

Une question se pose naturellement : Netflix va-t-il tuer la télévision ? et derrière cette attaque frontale, le cinéma doit-il se soucier de ce nouvel acteur ?

L’autorité de la concurrence essaie d’apporter des solutions.

Un article de Comarketing ouvre le débat. Dans une récente conférence de presse Isabelle de Silva, présidente de l’autorité à la concurrence, a proposé de déréguler le fonctionnement des chaînes de télévision. Cette mesure souhaite libérer le petit écran pour lui permettre de lutter contre Netflix.

Les chaînes de télévisions peuvent maintenant :

  • utiliser la publicité ciblée
  • diffuser des films toute la semaine
  • et voient les obligations de financement diminuer.

Ces mesures sont-elles raisonnables et efficaces ? Cela reste à voir…

En effet si 90% des français avouent regarder des séries fréquemment, ces fans n’ont pas toujours été respectés par le petit écran. L’offre manque de richesse, ce sont toujours les mêmes séries qui sont diffusées en continu.

Netflix offre une solution plus complète avec :

  • plusieurs langues disponibles
  • des styles variés
  • la possibilité de « binge-whatcher » une saison entière sur n’importe quel terminal (TV, smartphone, tablette, ordinateur).

Toujours plus ambitieux, Netflix prend le pas sur les films. Le géant américain produit autant de blockbusters que de films d’auteurs. On pense notamment aux trois Oscar glanés par le « Roma » de Alfonso Cuaron.

roma netflix

On peut se demander si la levée des obligations de financement des films français par Isabelle de Silva est un coup de pouce ou un couteau planté dans le dos.

Quels ont-été les mauvais choix des acteurs de la télévision pour se retrouver dans cette situation ?

En tant que nouvel acteur du milieu, Netflix est souvent accusé d’attaquer directement la télévision.

Loin de ces idées reçues, Sylvain Trinel, journaliste chez IGN, explique dans un article comment la télé s’est sabotée avec de mauvais choix stratégiques :

  • le problème des publicités trop nombreuses
  • le nom respect des œuvres
  • la légitimité de la redevance
  • Les roblèmes de replay…

Tous les sujets sont abordés pour former un spectre complet des failles des canaux audiovisuels classiques.

N’enterrons pas la télévision si vite…

Chloé Thoreau des Inrocks défend une télévision sociale. Contrairement aux propos du PDG de Netflix, « la télévision (n’)aura (pas) disparu dans 20 ans ».

Il ne faut pas oublier que la télévision fait partie prenante du foyer, elle peut même en rythmer la vie :

« La deuxième partie du journal de 13 heures indique l’heure de partir à l’école ».

La télé reste le meilleur moyen de suivre de grands événements en direct, du sport ou des faits historiques. La télé reste un objet social autour duquel les familles (en général les moins aisées qui ne peuvent pas s’offrir d’autres divertissement) se retrouvent.

La télévision a percé dans les années 50 et a accompagné plusieurs générations. Ils sont aujourd’hui retraités et sont trop attachés à leur petite lucarne. Les retraités ont vu le monde changer à travers la petite lucarne et ne sont pas prêts à changer leurs habitudes.

Cette tranche qui n’a pas suivi la transformation digitale représente une grande part de l’audience, ne les enterrons pas trop vite.

 

Benjamin de Monts

(Français)
Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment