Affaire Benjamin Griveaux : comment protéger nos démocraties face au totalitarisme 2.0 du numérique ?

Le vendredi 14 février dernier, le candidat LREM à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, a décidé de retirer sa candidature à l’élection municipale parisienne. La raison de cette soudaine démission ? La publication de vidéos et messages compromettants du candidat Griveaux sur les réseaux sociaux. La déstabilisation politique par l’utilisation des outils digitaux est une technique bien connue et de plus en plus répandue. Mais alors comment protéger nos démocraties face aux menaces 2.0 ?

QUAND UN TWEET DÉSTABILISE UN PAYS

Dans la matinée du 13 février, la démocratie française s’est vue déstabilisée par le tweet d’un mystérieux compte nommé p-politique :

“pornopolitique est la première ressource pornographique avec la participation de fonctionnaires et représentants politiques créée par Piotr Pavlenski, participez, partagez !”

Piotr Pavlenski, activiste russe et réfugié politique en France, est déjà bien connu par les autorités françaises pour avoir tenté de mettre le feu au bâtiment de la Banque de France.

Quelques minutes plus tard, il postera un nouveau message, cette fois-ci avec un lien redirigeant vers une vidéo compromettante du candidat à la mairie de Paris dans laquelle on le voit se masturber. Ce dernier aurait envoyé cette vidéo sur Facebook et Instagram deux ans auparavant à une étudiante, Alexandra de Taddeo, aujourd’hui compagne de l’activiste russe.

Les tweets de Piotr Pavlenski à l'origine de l'affaire Benjamin Griveaux

Les tweets de Piotr Pavlenski à l’origine de l’affaire Benjamin Griveaux

Des rédacteurs en chefs de médias recevront dans la soirée une clé USB contenant d’autres vidéos et messages intimes du candidat. Beaucoup refuseront de partager ces images et vidéos sur les réseaux. Le député ex-LREM Joachim Son-Forget relayera quant à lui le tweet de p-politique :

Le député Joachim Son-Forget relaye le tweet de Piotr Pavlenski

Le député Joachim Son-Forget relaye le tweet de Piotr Pavlenski

En l’espace de quelques heures, les réseaux sociaux s’emballeront, avec plus de 444 000 tweets publiés en réaction les trois jours qui suivent et de nombreuses fake news. On arrivera à démêler le vrai du faux mais le mal est fait. Le vendredi 14 février est vécu comme un « séisme politique » : Benjamin Griveaux annonce qu’il retire sa candidature à la mairie de Paris.

 

Ce scandale est d’autant plus déstabilisant pour la France qu’il éclate dans un contexte social et politique catastrophique. Il ne fait que renforcer le clivage entre les Français et les élites politiques. Finalement, on peut dire que la vraie victime dans cette affaire est la démocratie française.

QUI EST RESPONSABLE ?

Mais qui est le responsable dans cette affaire ? Est-ce uniquement Piotr Pavlenski ? Benjamin Griveaux n’a-t-il pas sa part de responsabilité ? D’après le baromètre Odoxa, 54% des français se disent choqués par la naïveté et le manque de bon sens du candidat. Les dangers d’envoyer une vidéo intime par l’intermédiaire des réseaux sociaux sont bien connus. On pourrait également mettre en cause les réseaux sociaux comme Twitter qui laissent se propager de fausses informations et des éléments compromettants. Tout le monde a sa part de responsabilité dans cette affaire. Pour éviter que ce genre de scandale ne se reproduise et que nos démocraties en pâtissent, chacun doit faire preuve de bon sens et de précaution dans l’utilisation des outils de communication numériques que sont les réseaux sociaux et Internet.

LA PRÉVENTION POUR LA STABILITÉ DE NOS DÉMOCRATIES

L’exemplarité des personnalités politiques est essentielle pour préserver la stabilité de nos démocraties. A l’ère du numérique, plus rien n’est privé, tout ce qui passe sur les réseaux laisse des traces indélébiles et peut être utilisé pour nuire. Mais comment protéger notre vie démocratique face au totalitarisme 2.0 ? Car tous les coups sont permis, et même autorisés, avec l’hyper puissance du numérique. La solution la plus efficiente reste la prévention. L’éducation des politiques sur les bonnes pratiques dans le partage de leurs données personnelles est le seul moyen d’éviter que ce genre de scandale éclate de nouveau. Un peu de bon sens, de vigilance et une réelle prise de conscience de l’impact potentiel de ses actes sur le web permettraient à chacun de se protéger face aux menaces 2.0. Mais parfois un comportement exemplaire ne suffit pas, et c’est à ce moment-là que nos démocraties sont en réel danger.

AUTRE MENACE 2.0 : LE DEEPFAKE

Le deepfake est une technologie permettant de remplacer la voix et le visage d’une personnalité dans une vidéo grâce à une méthode de synthèse d’image basée sur l’intelligence artificielle.

Cette technique s’améliore de jour en jour et est vue comme une des principales menaces pour les démocraties. Revenge porn, fake news, deepfakes… Les gouvernements sauront-ils réagir face à ce totalitarisme 2.0 et développer des outils performants pour lutter contre ces manipulations d’un nouveau genre ?

Diane Riché

 

Sources :

  • https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/benjamin-griveaux-symbole-malgre-lui-de-lexigence-dexemplarite-1172624
  • https://www.lefigaro.fr/vox/politique/le-scandale-autour-de-benjamin-griveaux-fera-une-victime-principale-la-democratie-20200214
  • https://www.strategies.fr/actualites/marques/4041189W/les-lecons-de-l-affaire-griveaux.html
  • https://www.ouest-france.fr/politique/benjamin-griveaux/recit-video-intime-et-reseaux-sociaux-ces-folles-48-heures-qui-ont-fait-chuter-benjamin-griveaux-6737515
  • https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/02/15/affaire-benjamin-griveaux-l-abaissement-de-la-democratie_6029690_3232.html
  • https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2019/01/02/32001-20190102ARTFIG00162-apres-les-fake-news-la-menace-du-deep-fake-prend-de-l-ampleur-sur-le-web.php
(Français)
Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment