La Data Literacy ou l’art de savoir utiliser la data

La data literacy est l’aptitude à comprendre produire et analyser des données. Avec l’avènement du Big Data il y a maintenant quelques années, nous sommes submergés de données qui affluent de toutes parts. Savons-nous seulement comment les utiliser et en tirer le meilleur profit ? Il est avéré que non, et ce changement doit passer par un apprentissage de la culture de la donnée.

Dans un monde inondé de data, d’informations, de fake news, il devient primordial de réussir à comprendre les données, leur provenance et déterminer le vrai et le faux.

Des données sur un écran de tablette

 

Plus qu’un simple constat, il s’agit d’un véritable enjeu

Selon une étude menée en septembre 2017 par Qlik (en partenariat avec Censuswide)1, seulement 17% des européens s’estiment data-literate.

Moins d’une personne sur six est capable de comprendre l’usage qu’elle fait des données auxquelles elle a accès.

Si plus de 65% des personnes interrogées se disent prêtes à prendre du temps pour se former à la culture de la donnée, nous constatons ici que le problème est situé bien en amont. En effet seulement 10% des jeunes diplômés se sentent data-literate : ils ne sont pas correctement préparés à exercer leur futur métier.

La data est partout. Peu importe le niveau hiérarchique ou le secteur dans lequel on travaille, on a tous accès à des données.

Les sociétés ne sont cependant pas familières avec la culture de la donnée, et pourtant ce sont bien les premières à en produire en quantité.

La data a un potentiel immense

L’enjeu ici est de savoir l’utiliser correctement. Peu d’entreprises sont réellement capables d’utiliser les données qu’elles produisent. Et pourquoi ?

Il faut organiser la donnée :

  • apprendre à l’identifier
  • la collecter
  • la vérifier
  • l’analyser
  • la rendre disponible et déterminer comment l’utiliser, à quelles fins
  • décider qui aura accès à quelles données.

De la data qui défile sur un écran

Non seulement, la donnée doit être traitée et analysée afin de mieux comprendre, mais, elle doit également être vérifiée.

En effet, peu d’entreprises prennent la peine de vérifier les résultats des décisions prises suite à l’analyse de ces données.

Beaucoup de sociétés, n’ayant pas encore intégré la culture de la donnée, préfèrent suivre leur instinct plutôt que d’apprendre à tirer partie de ces nouvelles informations.

La Data Literacy concerne tout le monde

Dans chaque entreprise, les managers ne sont plus les seuls concernés, puisque ce ne sont plus les seuls à utiliser des données quotidiennement. Les salariés doivent également apprendre cette nouvelle culture. Seule une entreprise dont les managers ET les salariés sont “datalphabètes” pourra se vanter d’être totalement data-driven.

Des mains soudées pour un même objectif

Bien souvent, il est plus simple de laisser parler son intuition dans les cas où la donnée est présente. Or, il est maintenant indispensable, de garder son intuition et son sens critique, mais de les utiliser dans un second temps, après les données.

Un apprentissage rigoureux de la culture de la donnée est désormais indispensable

Comme nous avons appris à lire et à écrire, nous allons maintenant devoir apprendre à utiliser les données qui nous entourent et à les comprendre : nous allons devoir nous “datalphabetiser”.

Pour cela, il existe des solutions à intégrer aux formations éducatives. Plutôt que de former des data scientists, surdoués de la data, il faut faire évoluer nos métiers.

Des chercheurs du MIT et du Emerson College ont créé le Data Culture Project. Il s’agit d’un programme d’apprentissage pratique permettant de se lancer dans la culture de la donnée.

Des vidéos et des outils sont mis à la disposition de tous pour faciliter l’apprentissage de la culture data et l’introduire au sein des entreprises.

Présentation du Data Culture Project par ses fondateurs Rahul Bhargava & Catherine D’Ignazio

Plus que jamais, nous devons nous former à cette nouvelle culture. Elle existe et nous attend, il faut être prêt à l’utiliser correctement.

A vos outils, la “datalphabétisation” n’attend plus !

Clémentine Nocton

 

1 Enquête effectuée en septembre, auprès de plus de 5000 salariés travaillant à temps plein, parmi lesquels des personnes âgées de plus de 50 ans et 271 personnes occupant des postes de direction, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Espagne et en Suède. Réalisé dans des entreprises de plus de 50 salariés.

Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment