Comprendre le rachat de Twitter en 5 points

Les mauvaises nouvelles se succèdent pour l’oiseau bleu avec l’annonce de la fermeture de l’application Vine du réseau social, du licenciement de 350 salariés faute de proposition de rachat et de la chute de son cours en bourse faute d’acquéreur (TWTR). Depuis quelques semaines, tous les potentiels candidats au rachat de Twitter se retirent un à un.

Malgré 313 millions d’utilisateurs actifs mensuels et un rôle reconnu comme vecteur de nouvelles, Twitter peine à générer de la croissance et des bénéfices. Les géants comme Disney, Google, Microsoft, Salesforce, Apple ou encore Verizon se sont tous retirés après avoir envisagé le rachat de la firme à l’oiseau bleu.

Twitter en quelques mots…

En plus d’être un outil mondial d’influence, le réseau social de microblogging en fait une vraie mine d’or pour les acteurs du numérique. En effet, dans un contexte de Big Data, la richesse des données détenues par le géant a de quoi attirer toutes les convoitises.

Pourtant, malgré ses nombreux atouts, la société américaine continue à perdre de l’argent. Depuis le lancement de Twitter, l’entreprise n’a pas dégagé le moindre profit trimestriel selon Le Monde. Aux Etats-Unis, son marché le plus important, le nombre d’utilisateurs ne progresse plus depuis deux ans ce qui fait de Twitter une acquisition à haut risque.

1 – Episode 1 : Quand l’oiseau prend son envol…

Le vendredi 23 septembre 2016, la chaîne d’informations financières CNBC annonce la très prochaine mise en vente de Twitter. À la suite de cette annonce, de nombreux acheteurs potentiels commencent à se faire connaître tels que les géants : Google, Disney, Salesforce, Microsoft, Apple ou encore Verizon. L’action de Twitter bondit alors de 22% enregistrant ainsi sa plus forte hausse depuis l’entrée en bourse de la firme en novembre 2013.

Comprendre le rachat de twitter en 5 points

Selon le site spécialisé Recode, le géant Twitter réclamait alors 30 milliards de dollars (26,8 milliards d’euros) alors que sa capitalisation boursière était de “seulement”, 13 milliards de dollars soit 2 milliards de moins que lors de son introduction en Bourse il y a trois ans. Ce prix surestimé freinait les acheteurs potentiels pour ne laisser plus qu’un seul candidat potentiel au rachat : le géant du CRM Salesforce.

2 – Episode 2 : Twitter “wasn’t the right fit”

Début octobre 2016, les potentiels acheteurs se rétractent et le cours de l’action Twitter chute de 30%. Selon le magazine Fortune, John Hempton, le dirigeant du hedge fund australien Bronte Capital, affirme qu’un fonds d’investissement privé serait plus légitime au rachat de Twitter qu’un des géants de la tech. Twitter serait capable de dégager une marge importante, mais cela impliquerait le licenciement d’un certain nombre de salariés, y compris le CEO Jack Dorsey.

Alors que Salesforce semblait être le dernier acheteur potentiel, son CEO Marc Benioff affirme que Twitter “wasn’t the right fit” autrement dit que la firme à l’oiseau bleu ne correspond pas à l’entreprise. Alors qu’aucune offre ne pointe le bout de son nez, des analystes suggèrent une fusion de Twitter avec l’entreprise Square, une entreprise spécialisée dans le paiement électronique basée à San Francisco.

Evolution de l'action Twitter

Evolution de l’action Twitter du 1er août au 31 octobre 2016

Sur le graphique, on remarque nettement la hausse soudaine hausse suivie de la violente chute du cours de Twitter.

3 – Pourquoi personne ne veut racheter Twitter ?

Malgré de nouvelles fonctionnalités qui visent une augmentation des audiences, il y a plusieurs raisons qui semblent dissuader les investisseurs de racheter le réseau social :

  • Son faible potentiel de rentabilité

Twitter a bien des avantages pour les marques qui recherchent une visibilité dans la sphère professionnelle, mais sur Twitter, on ne passe pas des heures à regarder des photos et à discuter à l’inverse de Facebook. C’est donc tout le business model de l’oiseau bleu qui doit être repensé pour permettre de se financer grâce à la publicité.

  • Sa difficulté à grossir et à recruter de nouveaux membres

Selon Pew Research, seuls 18% des internautes américains utilisent Twitter, contre près de 70% pour Facebook. Une des raisons avancées est celle d’une expérience utilisateur bien plus complexe que celle de Facebook. Le grand Public a du mal à accrocher avec les codes, les pratiques et le vocabulaire de l’oiseau bleu. Le réseau social est souvent qualifié de réseau professionnel pour des secteurs de niche.

Twitter down

4 – Episode 3 : Petit à petit, l’oiseau fait son nid…

Alors que les perspectives de rachat s’éloignent pour le géant américain, Twitter tente de mettre en place des mesures pour devenir rentable. L’entreprise a annoncé un chiffre d’affaires de 616 millions de dollars au troisième trimestre 2016, en hausse de 8 % par rapport au précédent. De plus, selon AdAge, le réseau social est en train de revoir son modèle et ses revenus grâce à la publicité en cherchant à mieux cibler certaines tranches d’utilisateurs.

5 – Quel avenir pour Twitter ?

En dernier recours, des internautes de Twitter ont fait une proposition de rachat de l’oiseau bleu via le mouvement #WeAreTwitter.  À la tête du mouvement, Nathan Schneidera qui a dévoilé son plan pour «sauver Twitter » en septembre dernier sur le site du Guardian. L’idée étant de faire vivre le réseau social en se passant d’intermédiaires qui les taxent en créant leurs propres plateformes coopératives.

Dans leur manifeste pour une nouvelle économie à l’Internet, ils déclarent :

Nous ne sommes pas les seuls à vouloir un Internet où les gens partagent la propriété collective et pas seulement des mèmes de chats mignons [un Internet où] ils peuvent co-créer des liens de solidarité et pas seulement accepter les modalités des services en ligne.

Au-delà du seul avenir de Twitter, cela laisse songer à un avenir bien différent d’internet.

Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment