Cercle : le digital au service de la performance live et du patrimoine

Au moment où j’écris cet article, Cercle s’apprête à inviter le duo star de la scène électronique Adana Twins au Palais Longchamps à Marseille, pour un live unique à l’occasion des 150 ans du Palais. Make it digital revient sur la façon dont ce média audiovisuel allie digital et performance live pour attirer les jeunes sur des lieux emblématiques du patrimoine français et mondial. 

Qu’est-ce que Cercle ?

Aussi surprenant que cela soit, c’est lors de mon échange en Slovénie que j’ai découvert Cercle : mes colocs slovènes, passionnés de techno et house, regardaient régulièrement des lives dans le salon et notamment les vidéos de la chaîne YouTube Cercle. Alors que je commençais à me faire à leurs goûts musicaux, je leur ai demandé ce qu’était Cercle. Ils m’ont répondu : “Are you kidding? You don’t know Cercle? But it’s French!”. Un peu embarrassée, je me suis empressée de me renseigner sur ce média et suis tombée amoureuse de son concept. Si je n’ai pas encore eu l’occasion d’assister à leurs événements, je viens de postuler en stage de fin d’études pour rejoindre leur aventure culturelle.

Cercle, c’est une histoire partie de rien et qui touche aujourd’hui les étoiles. D’émissions amateures tournées dans le petit appartement parisien de son créateur Derek Barbolla, le concept est passé à la production et la diffusion en direct de concerts de musique électronique, dans des lieux esthétiquement intéressants et phares du patrimoine architectural français mais aussi mondial. Depuis ses trois ans d’existence, Cercle organise des lives le lundi, presque chaque semaine, suivis d’une interview de ou des artistes invités. Ils sont diffusés en direct sur la chaîne YouTube et le compte Facebook de Cercle et sont suivis au total par plus 2,5 millions de personnes.

Dans le palmarès de Cercle, on peut citer les performances de Nina Kravitz à la Tour Eiffel, de Carl Cox au Château de Chambord, de Tale Of Us à l’Aéroport Charles-de-Gaulle, de Solomun au Théâtre antique d’Orange ou encore de FKJ dans le Salar d’Uyuni en Bolivie. De désireux à désiré, Cercle est maintenant directement contacté par les propriétaires de lieux d’exception, qui souhaitent communiquer à travers l’accueil d’un événement original, et surtout briser l’image de lieux réservés aux visiteurs retraités ou aux familles avec poussette pour leur balade du dimanche. Grâce aux artistes et au digital, ils ont l’opportunité de toucher un public plus large et plus jeune.

Un concept à la croisée des mondes physique et digital 

Cercle mise entièrement sur ses médias sociaux pour conquérir son public. Les événements sont annoncés une semaine à l’avance sur la page Facebook du média et les places partent en quelques minutes…au plus grand désespoir de nombreux fans. Ceux qui n’ont pas été assez rapides se consolent toutefois avec les live streams, sur lesquels Cercle capitalise pour renforcer sa proximité avec la « famille Cercle ». Sans assister à la performance, on peut donc être immergé dans l’événement, réagir en direct et poser des questions à l’artiste. Au million d’abonnés Facebook, Cercle a également proposé une nouvelle plateforme qui invite les fans à proposer des suggestions de lieux, villes, pays ou artistes pour les prochains événements.

Pour les chanceux qui obtiennent une place, souvent à des prix exorbitants sur le marché noir de la revente, l’expérience n’est parfois pas tout à fait à la hauteur. Victime de son succès, le premier festival organisé par Cercle au Château de Chambord a fait parler de lui pour des mauvaises raisons : avec 2000 spectateurs, l’attente dans les transports, à l’entrée ou pour se restaurer a été longue, et certains se sont plaints d’être placés trop loin de la scène pour profiter pleinement de l’événement. Le dilemme est donc cornélien : vivre et ressentir la musique dans un lieu magique au risque de finir ruiné et piétiné, ou profiter du live tranquillement installé dans son canapé en passant à côté des sensations données par la performance ? 

L’évolution technologique à l’origine d’un nouvel écosystème musical

Vous avez peut-être vous aussi ressenti, en regardant les directs de The Voice, ce sentiment de frustration de ne pas pouvoir profiter pleinement de ce que vous voyez et entendez. En effet, l’essence même d’une performance live n’est-elle pas de vivre l’instant, d’éveiller ses sens dans une expérience immersive et de l’apprécier d’autant plus qu’elle est réelle et non virtuelle ? Eh bien rassurez-vous : cela pourrait n’être bientôt plus qu’un mauvais souvenir. 

Avec le digital, la musique live subit des changements profonds. Non seulement le live ne nécessite plus obligatoirement une présence physique – on peut maintenant écouter ou regarder un « live » en temps réel, depuis chez soi, comme le permet Cercle –, mais les marques commencent à investir dans de nouvelles technologies pour nous faire vivre l’expérience comme si nous y étions. Pour plaire à des utilisateurs qui regardent des contenus live en moyenne trois fois plus longs que des vidéos pré-enregistrées, elles investissent dans l’intelligence artificielle, le 360° ou la réalité virtuelle et créent le futur du live streaming en le rapprochant encore plus de l’expérience réelle. 

Les premières expérimentations sont déjà là : le 3 septembre dernier, Billie Eilish a donné un concert en réalité virtuelle sur Oculus Venues, le service créé par Facebook pour les casques de VR sans fil. On pouvait ainsi voir l’artiste comme si l’on était à côté d’elle et choisir d’assister à la performance en mode social, dans une arène virtuelle avec la possibilité d’interagir avec les autres utilisateurs. D’après les retours de ceux qui se sont prêtés au jeu, des progrès restent encore à faire sur cette technologie avant de pouvoir offrir une immersion musicale d’une qualité expérientielle encore meilleure.

Des avancées à suivre de près donc…

Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment