Quelles aides pour le développement des Start-ups Tech à l’international ?

Le 10 Octobre 2019, La Cantine a reçu dans ses locaux, différents acteurs publics et entrepreneurs afin d’aborder le fameux sujet de l’ouverture internationale des startups. Retour sur cette soirée “boîte à outils de l’International” et les retours d’expériences qui nous ont marqués. 

Lors de l’évolution d’une start-up, se pose très rapidement la question de son développement à l’international. Mais c’est avec beaucoup d’interrogations et peu de recul que les entrepreneurs peinent à se lancer…Vaut-il mieux exporter, investir directement sur place, de qui faut-il s’entourer pour aborder un nouveau pays ? De nombreuses questions auxquelles différents organismes publics peuvent répondre.

Quels outils d’aide au développement international ? 

Fabrice LELOUVIER, Directeur International de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) Pays de la Loire, nous présente durant cette soirée, les divers services et aides proposées par la Région aux startups qui désirent se développer à l’étranger. Il nous a semblé intéressant de noter que les start-ups peuvent être accompagnées quelle que soit leur phase de développement international : du stade de diagnostic jusqu’au recrutement à l’export, comme présenté ci-dessous.

Ici nous abordons les startup « tech », mais ce schéma peut être reproduit dans différents autres domaines, dans lesquels des experts peuvent intervenir.

De manière générale, par manque de connaissance, peu d’entrepreneurs profitent de ces dispositifs. Ces derniers peuvent aller de simples conseils ou mises en contact, jusqu’à des aides financières comme le co-financement des déplacements de prospection (Prim’Export), dont Mathieu COLOMBEL (fondateur de Black Meal) a pu bénéficier, ce qu’il développe lors de son intervention.

Voici un récapitulatif des aides proposées par la Région et la Team France Export, en fonction de l’avancée du projet d’internationalisation : 

Présentation des différents outils d’aide au développement international par La French Tech Nantes (Copyright 2019).

Vous pourrez retrouver toutes les informations relatives à ces dispositifs en ligne sur le site de la CCI Pays de la Loire (ou de votre région) et de la Team France Export

Ce que nous souhaitons mettre en avant ici, sont surtout les retours d’expériences des deux entrepreneurs intervenants ayant bénéficié de ces outils.

Et concrètement…Mathieu et Pierre témoignent ! 

Mathieu COLOMBEL (Blackmeal) et Pierre REGNIER (Velco) reviennent sur leur expérience en tant que fondateurs d’une start-up en voie de développement à l’international. Ils abordent chacun les différentes aides dont ils ont bénéficié.  

Mathieu COLOMBEL, Fondateur et CEO de Blackmeal : 


Mathieu Colombel
(profil
LinkedIn)

Blackmeal est une startup nanto-parisienne spécialisée dans le motion design à usage publicitaire.

À la croisée de l’art et de la communication, cette discipline consiste à donner du mouvement au graphisme afin de faire passer un message de manière dynamique

Blackmeal s’est tout d’abord développée en France mais Mathieu s’est vite intéressé aux opportunités qu’offrait le marché Nord-Américain et notamment l’Est Canadien. C’est d’ailleurs lors de « learning expeditions » proposées par la French Team Export qu’il a pu découvrir Montréal et la possibilité d’y implanter son activité. 

“Ces expéditions consistent en des groupement d’entreprises qui se réunissent pour attaquer un nouveau marché, rencontrer des professionnels sur place et se créer un réseau” explique Mathieu. 

Bien que sa deuxième visite à Montréal lui ait permis de prendre contact avec différentes personnes, il manquait d’éléments cruciaux pour s’y développer. La Team French Export lui a ensuite permis de faire de nouvelles rencontres décisives et le système Prim’ Export (co-financement des frais de déplacement et de prospection) a pu lui fournir des capitaux nécessaires à son implantation.

Mathieu recherche aujourd’hui à recruter un VIE pour son entité à Montréal. Le Volontariat International en Entreprise est pour lui une bonne façon de se développer à l’international puisqu’il permet “d’envoyer un jeune français sur place pour aider au développement de l’activité de façon souple, simple et efficace”. 

 

Pierre REGNIER, CEO de Velco : 


Pierre Regnier
(Profil LinkedIn)

Velco est une entreprise spécialisée dans le design d’accessoires connectés pour les vélos et trottinettes électriques (guidons GPS, etc.) mais aussi de softwares (à l’usage de leurs  constructeurs ou gestionnaires de flottes). 

Elle s’est très vite orientée vers le marché européen du fait de son orientation B2B, explique Pierre. Dès la première année, Velco était présente en Belgique, aux Pays-Bas, en Suisse, au Portugal puis en Allemagne. Pour Pierre la difficulté de s’attaquer à ses marchés européens, comme l’Allemagne, furent de ne pas bénéficier d’une expertise assez poussée du marché et d’un contact privilégié sur place. Bien que proche de la France, l’Allemagne a sa propre culture et il est nécessaire d’appréhender correctement le marché pour y entrer. 

La Région l’a ainsi aidé à comprendre ce dernier puis à recruter des commerciaux locaux grâce au système Emploi Export, finançant en partie la création de ces emplois. Pierre a ensuite recruté des VIE afin de compléter ses équipes sur place. Il insiste d’ailleurs sur le fait que le recrutement de VIE n’est intéressant que pour l’aspect gestion de projet et faire le lien avec les équipes en France.

Selon lui, l’assignation de VIE à des postes de type commercial aurait peu d’intérêt puisque nécessitent un temps d’adaptation culturel et une connaissance du marché qu’un expert local maîtrise déjà parfaitement. Il peut cependant accompagner un expert sur place. 

Mais finalement, pourquoi ce besoin de se développer à l’international ? 

Nous avons compris que la question du développement international se posait très rapidement aux start-ups tech pour des raisons de taille du marché national (qui arrive à saturation rapidement), ainsi qu’une concurrence accrue. 

Ouvrir ses frontières offre aussi la possibilité aux entreprises, d’après Fabrice LELOUVIER, “d’accroître leur logique d’innovation” puisqu’elle peuvent s’imprégner de nouveaux états d’esprits, de nouvelles idées et technologies non développés en France. 

Les deux entrepreneurs présents soulignent un réel soucis d’attractivité des talents dans le secteur de la “tech”. Les startup tech recherchent aujourd’hui des profils de plus en plus pointus et techniques dans un domaine particulier (exemple des data scientists), qui deviennent rares en France. Une ouverture internationale leur permet alors de bénéficier d’un spectre de nouvelles compétences ou expertise.

Aussi, d’une manière globale, les différents intervenants se sont accordés sur un constat important du “mindset français” : les startups françaises, quel que soit leur secteur, ont tendance à penser leur stratégie pour le marché national puis se tournent ensuite vers l’international. 

Ce qui peut constituer une faiblesse et une certaine lenteur puisqu’elles doivent réadapter leurs processus et leur stratégie ensuite. Elles enregistrent alors des croissances plus faibles que leurs concurrentes étrangères. Les startups israéliennes par exemple, du fait de la taille de leur pays et donc de leur marché national, orientent dès le départ leur stratégie vers l’international.

Focus sur La French Tech & La Team France Export

C’est dans le cadre du programme French Tech, initié par le gouvernement français en 2014, que les administrations régionales ont acquis un rôle important dans le développement des startups de la tech française.

Beaucoup de ces dernières souhaitent se développer à l’international et c’est dans cette perspective qu’intervient La Team France Export. Ce groupement de 1000 conseillers dans le monde (250 en France) provenant des CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie), Business France et Bpifrance, mettent en commun l’ensemble de leurs solutions pour donner aux entreprises les bons leviers à l’international. 

 

On l’a vu, se lancer à l’International constitue un élément crucial dans le développement d’une entreprise, surtout dans le domaine de la tech. Mathieu et Pierre ont eu l’occasion de profiter de multitudes d’aides publiques développées par la Région. 

Globalement, chaque dispositif est adapté à la structure mais aussi au domaine d’activités. Ici, nous avons abordé les start-up tech mais tout domaine peut bénéficier de ces aides, il est alors nécessaire de s’informer le moment voulu. 

Ici, seules les aides publiques ont été développées car présentées lors de cet événement mais il existe bien entendu des entreprises privées spécialisées qui peuvent aider les start-up dans leur développement international. 


Si ce sujet vous intéresse davantage, La Cantine reçoit de nouveau la French Tech Nantes le Vendredi 25 Octobre pour “Les Rencontres Internationales de la French Tech”. 

 

Abonnez-vous à Make it digital

Recevez par email chaque lundi matin l'ensemble des articles publiés sur le blog Make it Digital. La garantie de suivre les dernières évolutions du digital !

Garantie sans spam.

Leave a Comment