5 conseils pour ne pas planter sa start-up

Ce Mercredi 9 Novembre 2017 s’est tenu à la Cantine de Nantes un « evening talk » sur le thème des Start-up. Cet évènement, effectué sous forme de table ronde, avait pour but de présenter l’incubateur « 1kubator » mais aussi de dévoiler cinq conseils destinés aux futurs entrepreneurs dans le développement de leur startup.

3 entrepreneurs sont intervenus pour témoigner : Théo Olivier, Julien Compte où encore Benjamin Préau.

Théo développe des solutions digitales afin d’identifier des espaces de travail disponible pour les jeunes créateurs d’entreprise. Julien a conçu une application facilitant le montage vidéo. Benjamin quant à lui, a créé un automate réalisant les tâches d’un jardinier.

Tous les trois se sont mis d’accord sur cinq conseils primordiaux si l’on souhaite réussir avec sa start-up.

1) Penser son projet avant son équipe

Eviter au sein du groupe le risque d’euphorie, les clashs et les visions différentes qui pourraient entraver le projet. 80% de la réussite du projet provient de son exécution et de l’équipe.

➤ Exemple de Théo Olivier pour la start-up Take a Desk : offrir une solution digitale pour trouver espaces de travail pour start-up (par exemple, dans les bâtiments d’autres entreprises, lorsqu’il reste suffisamment de place). « Le projet c’est l’équipe, l’équipe vient consolider le projet ».

2) Simplifier son approche

Avoir quelque chose de simple : Keep it simple and stupid. Il est important d’avoir une approche avec des fonctionnalités minimales pour tester le produit puis on cherche à l’améliorer par itérations

➤ Exemple de Julien Comte pour la start-up Makidoo, application de tournage de vidéo et de montage automatisé pour des entreprises pour internet : il faut revenir aux bases et comprendre l’économie, « La simplification pour être en adéquation avec l’économie ».

3) Savoir ce que le client veut : avoir une vision claire de l'expérience utilisateur

Avoir une vision très claire de l’expérience utilisateur, ce qui passe par l’expertise produit et ne pas se laisser influencer sur tous les feedbacks de la première version. Il faut arriver à identifier les clients principaux afin d’orienter son offre car chacun aura des avis selon l’utilisation.

➤ Exemple de Gwenhaël Louise pour la start-up Louise qui réinvente la façon d’écouter de la musique : Ecouter la musique de la personne que tu croises en un clic, application communautaire.

4) Aller à la rencontre du client dès le départ

Confronter son idée aux clients, pour bien identifier le besoin. Dès le début, il faut aller à la rencontre du client même sans produit. On ne cherche pas à convaincre tout le monde mais seulement nos persona !

➤ Exemple de Victor Gillet et la start-up Ubimap, solution d’intelligence commerciale pour faciliter les rencontres entre commerciaux : Consiste à identifier les bons interlocuteurs pour améliorer l’approche commerciale. C’est important de voir le client pour analyser et identifier les besoins afin de proposer une offre distinctive et pertinente.

 

5) Raconter sa propre histoire aux tiers – transparence :

Assumer son histoire et l’histoire de son projet : « Notre expérience c’est notre expertise ».

➤ Exemple de Gabrielle Rodier et la start-up Switchup: Accueillir les nouveaux habitants avec des Welcomers formés par Switchup, dans les cas de mobilité pour les salariés, et sa famille (offre B2B). Sa propre histoire a influencé sa start-up car, ayant beaucoup déménagé dans sa vie, Gabrielle s’est rendue compte que déménager comportait des problèmes (notamment administratifs). Elle aurait aimé être accueillie par des habitants locaux pour lui donner des bons plans, connaissance du territoire, afin de gagner du temps. 

Un incubateur, qu'est-ce que c'est ?

Rappelons qu’un incubateur est une structure qui vise à accompagner les créateurs (d’entreprises dans les premières phases de leur projet). Mais alors en quoi l’1kubator diffère-t-il des autres structures similaires déjà présentes en France ?

Plus qu’un simple incubateur, c’est avant tout un réseau de près de 60 startups accompagnées. Pour l’instant on dénombre trois centres d’incubation : Rennes, Nantes et Lyon. L’objectif est de parvenir à s’implanter dans dix villes en France en 2022.

1kubator propose aux entrepreneurs 3 niveaux de guidage:

  • Un financement possible d’une valeur pouvant atteindre 25 000 euros.
  • Un accompagnement personnalisé quotidien en donnant aux « startupers » un accès à des bureaux, à des coachs professionnels ainsi qu’à une équipe de partenaires économiques (Deliveroo, Foodora etc…).
  • L’élaboration du business model de la start-up.

 

Leave a Comment